Pétrarque dans l’Encyclopédie

Dans l’Encyclopédie, le poète Pétrarque, figure majeure de la Renaissance italienne, est mentionné dans les articles suivants :

Pétrarque apparaît donc dans quatorze articles différents. Neuf sont écrits par Jaucourt, trois ne peuvent être attribués à un auteur précis, et enfin d’Alembert et Mallet ont écrit chacun un article. On constate d’emblée que Jaucourt est celui qui a le plus écrit sur Pétrarque. On peut par conséquent imaginer une certaine cohérence du propos, même si certaines incohérences ou contradictions apparaissent.

De manière générale, Pétrarque est l’objet de critiques élogieuses, contrairement à ses camarades français de la Pléiade, tel que Ronsard. C’est un des traits qui traverse les articles, en dépit des variations d’auteurs. Le poète italien apparaît comme la figure majeure de la poésie à la Renaissance, celui qui, par un art de la plume et par une connaissance singulière, réussit à faire la charnière entre les temps obscurs du Moyen Âge et le XVIe siècle des sciences, des arts et des lettres.

  • Le poète à l’origine de la Renaissance des lettres

Selon d’Alembert dans son article « Erudition », la Renaissance en Europe a deux origines : l’invention de l’imprimerie, et l’influence de trois poètes, Dante, Boccace et Pétrarque. Il s’attaque à l’idée selon laquelle la Renaissance aurait été le fruit de la fuite des savants grecs après la chute de Constantinople : « les Grecs de Constantinople ne furent vraiment utiles aux gens de lettres d’Occident que pour la connaissance de la langue grecque » (Erudition). C’est davantage la diffusion des savoirs par l’imprimé et le rôle joué par les poètes dans leurs œuvres qui marquent cette période, en ayant « ramené en Italie l’aurore du bon goût » (Erudition).

Plus précisément, Pétrarque semble être l’auteur à l’origine de la Renaissance de la poésie et des lettres. L’article « Poète » (auteur non identifié) met l’accent sur le prestige de Pétrarque puisqu’il a droit aux honneurs. Il fait partie des poètes « lauréats », aux côtés d’autres comme « Enéas Sylvius, Arias Montanus, Obrecht, le chevalier Perfetti » (Poète). Dans cet article, le poète est défini assez sobrement comme un « écrivain qui compose des ouvrages en vers ». L’auteur fait l’histoire de la relation des poètes à leur temps, en mettant l’accent sur les différents moyens qui ont existé pour les honorer (des statues, des couronnes…). Par poète « lauréat », il faut comprendre, selon cet article, un poète à qui l’on accorde un honneur particulier. L’article « Poète couronné », écrit par Jaucourt, insiste sur cette célébration. Tandis que les auteurs de l’Encyclopédie critiquent en général les faux poètes lauréats, c’est-à-dire des poètes à qui certains grands du monde ont attribué artificiellement des distinctions honorifiques, par exemple Ronsard, Pétrarque échappe à ce jugement. Jaucourt explique pourquoi Pétrarque se distingue des autres poètes : il a reçu cette distinction non pas par orgueil ou par désir de gloire, mais au contraire pour des raisons nobles. On apprend ainsi dans l’article « Poète couronné » qu’il a accepté ce titre parce qu’il fuyait les persécutions de son temps, une manière pour Jaucourt de réactiver le mythe du poète exilé, qui par ailleurs se développe à la fin du XVIIIe siècle avec les figures de Rousseau et de Voltaire.

Dans ce même article, il est clairement expliqué que Pétrarque fut le poète qui apporta la lumière dans un Moyen Âge rempli d’ombres et d’erreurs, ce temps où « vinrent les inondations de Barbares qui pendant des siècles désolèrent l’Italie et l’Europe entière » et où « les beaux-arts furent développés dans les ruines de l’ancienne Rome ». Ces citations montrent la vision très négative que XVIIIe siècle a du Moyen Âge  : une période sombre de régressions culturelles et intellectuelles, vision qui a influencé notre représentation actuelle de ce moment de l’histoire, comme le démontre l’historienne Régine Pernoud dans son récent ouvrage Pour en finir avec le Moyen Âge (Seuil, 1977, réédition 2014). Ainsi, Jaucourt, en reprenant la dialectique de l’ombre et de la lumière, fait de Pétrarque l’image même du poète qui réussit à arracher le Moyen Âge à l’obscurité : « ce ne fut que vers le temps de Pétrarque que la poésie reprit des lustres ». Ce même point de vue apparaît dans l’article « Médaille », lui aussi écrit par Jaucourt: Pétrarque est celui qui a « tant contribué à retirer les Lettres de la barbarie où elles étaient plongées ». En somme, une figure de l’auteur du XVIIIe siècle avant l’heure.

  • Un homme illustre ?

Doit-on voir le portrait du poète italien dans L’Encyclopédie comme celui d’un « grand homme », qui aboutira à la fin du siècle à l’élaboration d’un panthéon des écrivains ? Certains éléments appuient cette analyse. Les auteurs sacralisent Pétrarque. Dans l’article « Fontaine de Vaucluse » (Jaucourt), les traces d’une admiration face à la vie même de l’homme sont éloquentes : « Enfin inspiré par l’amour et par son génie, il immortalisa Vaucluse, les lieux voisins ». Il est ici question du « génie » du poète, de sa relation avec Laure qui devient une histoire légendaire, entrant dans une petite mythologie. Par cette histoire amoureuse devenant mythique, c’est le rapport d’un écrivain à un lieu qui se dessine, ici la fontaine de Vaucluse. De même qu’à la fin du siècle les lecteurs de Rousseau iront voir, presque en pèlerinage, les lieux où il vécut, dans un moment qu’a bien analysé Paul Bénichou dans Le sacre de l’écrivain ; on aurait à l’aube de la Renaissance un phénomène similaire avec Pétrarque, qui aurait immortalisé un lieu, par sa seule présence, et par sa capacité à avoir enchanté un lieu par le récit de ses amours avec Laure.

Si les lieux de la vie de Pétrarque sont célébrés, c’est aussi le cas des traces matérielles qu’il a laissées dans le monde. Dans l’article « Bibliothèque » (auteur non identifié), il est presque question des reliques d’un saint poète. Après avoir décrit les trois parties des bibliothèques du Vatican, des plus accessibles aux plus secrètes et mystérieuses, l’auteur de l’article nous apprend que ces lieux renferment un trésor : « les épigrammes de Pétrarque ». C’est une des œuvres les plus connues du poète italien. Ces manuscrits du Vatican possèdent une singularité, qui en font tout le charme : ce sont les œuvres « écrites de sa propre main ». En insistant sur les manuscrits autographes, sur ces reliques d’auteur chargées de spiritualité autant par le prestige de leur auteur, que par leur caractère authentique et par le lieu où elles se trouvent, Pétrarque apparaît ici comme un saint de la République des lettres.

  • L’humaniste et les qualités esthétiques du poète

Ce qu’un auteur comme Jaucourt apprécie particulièrement chez Pétrarque, c’est surtout sa grande culture et le rôle qu’il joua dans la Renaissance des lettres. Dans l’article « Bibliothèque » (auteur non identifié), l’auteur fait la liste des grandes bibliothèques en Europe. Or dans celle de Venise, « la bibliothèque S.Marc », certaines de ses collections sont issues directement des legs de Pétrarque, des dons que l’auteur admire : « cette bibliothèque est d’ailleurs fort riche en manuscrits : ceux que le cardinal Besson et Pétrarque léguèrent à la République ». Par ailleurs, en mettant l’accent sur ces legs, l’auteur semble faire du poète italien un homme préoccupé par la question de la diffusion du savoir et de sa transmission aux générations futures.

Dans ce même article, la partie consacrée à la bibliothèque du roi Louis XII, à Blois, met tout d’abord l’accent sur la richesse des lectures du monarque. Louis XII a tâché d’augmenter et de parfaire sa collection royale en important depuis l’Italie des livres ayant appartenu aux Visconti et aux Sforza. Mais c’est bien « ceux ayant appartenu à Pétrarque » qui en font la richesse, comme si le simple nom d’un poète italien donnait instantanément à la collection l’image de l’érudition, du savoir, et de la connaissance. C’est une bibliothèque qui, pour l’auteur, ne peut qu’être digne d’éloge, au croisement des cultures françaises et italiennes. Dans l’article « Vaucluse », Jaucourt célèbre quant à lui les qualités esthétiques de la poésie de Pétrarque, une poésie qui aura une influence déterminante sur la sensibilité française d’un Ronsard ou d’un Du Bellay. L’amour, les sentiments, la richesse des passions masquées sous une apparente simplicité, sont autant de thèmes qui attirent l’attention du célèbre encyclopédiste : « cette tendresse langoureuse, cette mélancolie d’amour et cette vivacité des sentiments qui règnent avec tant d’art, de finesse et de naïveté ». Cette description de son écriture, comme celle des lieux où Pétrarque vécut, semble trahir une certaine admiration face à ce poète de la Renaissance.

  • Récupération de l’éloge

Néanmoins, cet éloge masque un propos plus discret. De manière assez subtile, Jaucourt et un auteur non identifié réussissent en creux, à travers la célébration de Pétrarque, à faire l’éloge de la France. Tout se joue dans les origines de la poésie pétrarquisante. Après avoir fait de Pétrarque l’artisan de la translatio studii, une grandeur poétique et culturelle qui serait passée du monde arabe, avec le poète persan Sandy, à l’Italie de la Renaissance, on constate que l’article « Poésie provençale », écrit par Jaucourt, fait remonter l’esthétique de Pétrarque aux troubadours provençaux des XIIe et XIVe siècles : « il est certain que Pétrarque serait moins riche si les poètes provençaux revendiquaient tout ce qu’il a emprunté d’eux ». Le même argument est repris dans l’article « Troubadours et trombadours » : « Dante et Pétrarque sont les vraies fontaines de la poésie italienne, mais ces fontaines ont leur source dans la poésie provençale ». On apprend également que si Pétrarque a puisé son inspiration dans la poésie provençale, il en a tiré également des formes poétiques, une technique, l’art de la rime notamment : « ce fut en Provence que Pétrarque apprit l’art de rimer, qu’il pratique ensuite en Italie ».

Ces considérations nous apportent deux informations : un paradoxe et l’habileté de certains auteurs de l’Encyclopédie, comme Jaucourt. Un paradoxe tout d’abord puisque l’origine de la poésie moderne se trouverait dans le Moyen Âge. Pourtant dans l’article « Poète », l’auteur dépeint cette époque comme un moment sombre de l’histoire culturelle, par rapport auquel Pétrarque aurait permis une rupture, un renouveau. Mais c’est surtout l’habileté des écrivains de l’Encyclopédie qui transparaît puisqu’ils redéfinissent la translatio studii. En faisant des troubadours provençaux, c’est-à-dire d’une forme de poésie française, la source de la poésie italienne de Pétrarque, c’est bien la France qui est à l’origine de la translatio studii, devant l’Italie. Pétrarque devrait tout au troubadour Arnaud Daniel. On comprend donc que la poésie de Pétrarque, et donc celle de la Renaissance, n’aurait pu exister sans la France. Tout se résume peut-être à cette citation : « il apprit à rimer (en Provence), qu’il pratiqua et qu’il enseigna ensuite en Italie ». Si l’on remonte le fil logique, et si l’on saisit bien l’enjeu du terme « ensuite », l’origine de la poésie actuelle est française, et Pétrarque n’est qu’un passeur : « les troubadours eurent la gloire d’avoir les premiers faits sentir à l’oreille les véritables agréments de la rime ».

Ainsi se déplace subtilement l’origine de la Renaissance, bien que le génie de Pétrarque soit célébré par différents auteurs de l’Encyclopédie, dont Jaucourt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *