La « Renaissance » des Lumières

Ce carnet a pour but de présenter les travaux menés dans le cadre d’un séminaire de Littérature française de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, sur le XVIe siècle vu par le XVIIIe. Cette question a déjà fait l’objet de recherches ponctuelles (étude de l’influence d’un auteur du XVIe sur un auteur du XVIIIe, par exemple celle de Montaigne sur Rousseau) et souvent dispersées entre chercheurs seiziémistes et dix-huitiémistes. Le carnet souhaite donc avant tout dresser un bilan et donner une vue d’ensemble de ces travaux. Cette perspective globale permet de reconsidérer la notion même de “Renaissance” qui n’est pas encore constituée au XVIIIe siècle. Nous tenterons de préciser l’image ambivalente que le XVIIIe siècle se fait du XVIe, vu à la fois comme un âge grossier où le goût n’a pas encore atteint la perfection qu’il connaît au Grand siècle, mais aussi comme une époque où s’amorcent les inventions techniques et les débats scientifiques et religieux qui agiteront également les Lumières. Nous construirons tout d’abord une section assez développée sur un thème restreint qui a déjà fait l’objet de nombreuses recherches : la réception de Rabelais au XVIIIe siècle. Puis nous élargirons notre propos afin de couvrir l’ensemble du XVIe siècle (parmi les thèmes envisagés : La réception de Montaigne au XVIIIe siècle ; Editer le XVIe siècle au XVIIIe).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Flora Champy (11 février 2015). La « Renaissance » des Lumières. La « Renaissance » des Lumières. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlxp


Cette entrée a été publiée dans Articles le par .

À propos Flora Champy

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, diplômée de l'ENS Ulm en Sciences de l'Antiquité et Etudes cinématographiques, Flora Champy est agrégée de Lettres classiques. Titulaire d'un Master de Lettres classiques de l'Université Paris IV (Mention Très Bien), elle a consacré son mémoire de Master 1 à l'étude des présences du politique dans les "Lettres à Lucilius" de Sénèque, sous la direction de Carlos Lévy, et son mémoire de Master 2 à l'examen de la notion de puissance ("potentia") chez Sénèque et Jean-Jacques Rousseau, sous la direction conjointe de Carlos Lévy et Jacques Berchtold. Après avoir occupé pendant un an un poste de Junior Lecturer à la Johns Hopkins University (Baltimore, Etats-Unis), elle effectue actuellement, sous la direction conjointe de Catherine Volpilhac-Auger (ENS de Lyon) et James Swenson (Rutgers University) une thèse de doctorat en Littérature française, consacrée à la place de l'Antiquité dans la pensée du pouvoir de Jean-Jacques Rousseau. Elle s'est chargée de la conception et de l'organisation du site (coordination et relecture de l'ensemble des contributions).

Une réflexion sur « La « Renaissance » des Lumières »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.