Un cas d’école : Rabelais vu par le XVIIIᵉ siècle

Moine critiquant l’Église avec virulence, pourfendeur des excès religieux, écrivain comique aux multiples talents, mais aussi auteur grossier et vulgaire aux yeux des Lumières formées par l’esthétique classique, la figure de Rabelais suscite au XVIIIe siècle un intérêt mêlé d’incompréhension, voire de dédain. Cette section se propose de donner un aperçu de cette réception contrastée et des recherches dont elle a fait l’objet.

Une bibliographie présente tout d’abord les études actuellement disponibles sur le sujet, qui s’attachent essentiellement à définir l’influence de Rabelais sur certains auteurs du XVIIIe, tout particulièrement Sterne, Swift, Voltaire, et dans une moindre mesure Diderot.

Une liste des éditions de Rabelais en circulation au XVIIIe permet de prendre la mesure de la diffusion de l’œuvre, qui semble très répandue malgré les critiques dont elle fait l’objet.  Les éditions d’Élzévier au XVIIe et de Le Duchat au XVIIIe, ainsi que la traduction anglaise par Le Motteux en 1750, constituent les grands moments de cette histoire éditoriale. La recension de l’ouvrage que Theodore Fraser a consacré à l’édition de Jacob Le Duchat nous montre en effet l’importance de cette entreprise, qui a conduit à une véritable redécouverte de Rabelais.

Cette histoire de la réception de Rabelais se trouve précisée par une étude critique des citations et mentions de Rabelais chez les principaux auteurs du XVIIIe siècle. Nous y pouvons constater une nette évolution au au cours du siècle, ainsi que des différences notables d’appréciation entre les différents hommes des Lumières : épisodiques chez Rousseau ou Montesquieu, les références à Rabelais sont beaucoup plus conséquentes chez Voltaire et Diderot – ce dernier trouvant même en l’auteur chinonais une source d’inspiration non négligeable.

Enfin, nous publions ici la transcription d’un manuscrit inédit : les « Remarques sur les quatre premiers livres de Rabelais » de Jean Bouhier, Président du Parlement de Dijon, qui nous donnent un aperçu représentatif de l’opinion d’un érudit du temps sur l’œuvre de Rabelais (publication prévue en 2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *