Archives par étiquette : traduction

Liste des éditions de Rabelais disponibles au XVIIIᵉ siècle

Cette liste et les commentaires qui accompagnent chaque édition ont été réalisés à l’aide de :

– A. Tchemerzine, Les éditions anciennes de Rabelais : bibliographie 1532-1742, Paris, M. Plée, 1933.

– Rabelais, Œuvres complètes, M. Huchon (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1994.

Nous y avons inclus les éditions de Rabelais du XVIIe et du XVIIIe siècle, l’état actuel de nos recherches ne nous permettant pas de déterminer dans quelle mesure les éditions du siècle précédent circulaient encore au XVIIIe. Lorsque cela est possible, un lien vous dirige vers l’édition concernée sur GoogleBooks.

    • Les éditions de Gargantua

      La vie du fameux Gargantuas, Troyes, veuve Jacques Oudot, v. 1715 (in-8°). La plus répandue des rédactions populaires, souvent réimprimée : à Troyes, in-8° (A. Garnier, v. 1738), à Troyes, in-8° (Veuve Jacques Oudot, sans date), à Troyes, in-8° (P. Garnier, v. 1739), à Troyes et à Paris, in-8° (J. Musier, sans date)[1].

    • Les éditions des lettres d’Italie

      Les Epistres de Maistre François Rabelais… escrites pendant son voyage d’Italie, nouvellement mises en lumière, avec des observations historiques et l’abrégé de la vie de l’autheur, Paris, Ch. De Sercy, 1651 (in-8°)[2].

      Nous publions ici une table de correspondance entre cette édition et l’édition de R. Cooper (1991).

      Les lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie… avec des observations historiques par Mrs. De Sainte-Marthe, Brusselle, François Foppens, 1710.

  • Les éditions des œuvres complètes           

– Les Œuvres de M. François Rabelais, docteur en Médecine, Lyon, J. Martin, 1600 (trois parties in-12).

Les Œuvres de Me François Rabelais, docteur en Médecine, Lyon, J. Martin, 1558 (antidaté : 1600) (trois parties in-12).

Les Œuvres de M. François Rabelais, Docteur en Médecine, Anvers, J. Fuet, 1605 (trois parties in-12).

Les Œuvres de M. François Rabelais, Docteur en Médecine, Lyon J. Martin, 1608 (trois parties in-12). Le Ve livre est daté en chiffres romains : MDCVIII.

Les Œuvres de M. François Rabelais, Docteur en Médecine, Lyon, J. Martin, 1608 (trois parties in-12). Le Ve livre ne porte pas de date.

Les Œuvres de M. François Rabelais, Docteur en Médecine, Troyes, Loys qui ne se meurt point, 1613 (trois parties in-12).

Les œuvres de Me François Rabelais, Lyon, Jean Martin, 1558 (Rouen, vers 1620 ?) (trois parties in-8°).

Les œuvres de Maistre François Rabelais, Docteur en Médecine. Imprimé suyvant la première édition censurée de l’année 1552, Paris, 1626 (in-8°). Comporte un portrait de Rabelais par Michel Lasne.

Les œuvres de M. François Rabelais, augmentées de la vie de l’Autheur et de quelques Remarques sur sa vie et sur l’histoire. Avec l’explication de tous les mots difficiles, Amsterdam, L. et D. Elzévier, 1663, (autre tirage en 1666) (deux tomes in-12).

Les œuvres de M. François Rabelais, sans lieu, 1659[-1669] (deux volumes in-12). C’est une contrefaçon antidatée de l’édition Elzévier. Exemplaire de Huet, évêque d’Avranches, annoté de sa main. Un autre tirage porte l’adresse Bruxelles, H Fritz (t. 1) et Amsterdam, Moetjans (t. 2) avec la date de 1659.

– Même édition – collection particulière. On a joint à cet exemplaire une copie des caricatures de Léonard de Vinci conservées au château de Windsor, copies dues sans doute au graveur tchèque V. Hollar, mort à Londres en 1677. Cette adjonction date du XVIIe siècle ; à la même époque on a illustré le tome 1 de gravures auxquelles on a mis des légendes françaises en rapport avec le texte de Rabelais : ces gravures ont été découpées dans un recueil de Caprices dont un autre exemplaire, mais avec les figures en sens inverse, se trouve dans le t. 1 des Facéties de Marolles.

Les œuvres de M. François Rabelais…, sans lieu, 1675 (deux volumes in-12). Cette édition porte la marque de la sphère mais n’est pas elzévirienne. La clef de Rabelais y apparaît pour la première fois.

Les œuvres de M. François Rabelais, sans lieu, 1691 (deux volumes in-12). Copie de l’édition de 1675.

Les œuvres de Maitre François Rabelais, publiées sous le titre de faits et dits du géant Gargantua et de son fils Pantagruel… Nouvelle édition où l’on a ajouté des remarques historiques et critiques sur tout l’ouvrage…, Amsterdam, H. Bordesius, 1711 (six volumes in-8°). Première édition critique de Rabelais, publiée par Le Duchat et La Monnoye. Elle est ornée d’un frontispice et d’un portrait par W. De Broen, de trois planches pliées donnant des vues de la Devinière et de la maison de Rabelais à Chinon, et d’une carte de la région chinonaise. Elle a été contrefaite en 1711, 1721, 1724.

Cette édition est disponible sur GoogleBooks :
T. I : https://books.google.fr/books?id=tRY6AAAAcAAJ
T. VI : https://books.google.fr/books?id=1cxNAAAAcAAJ

Œuvres de Maitre François Rabelais… Nouvelle édition augmentée de quelques remarques nouvelles, Paris, impr. de P. Prault, 1732 (six volumes in-8°). Notes de Le Duchat, La Monnoye, Gueulette et Jamet l’aîné. Gravures documentaires (La Devinière, la chambre de Rabelais…) et carte tirées de l’édition de Le Duchat. En tête, frontispice de Scotin.

Cette édition est disponible sur GoogleBooks :
t. II https://books.google.fr/books?id=TBc6AAAAcAAJ
t. V https://books.google.fr/books?id=9BCkPJmNeW8C
t. VI https://books.google.fr/books?id=pxc6AAAAcAAJ

Œuvres de Maitre François Rabelais, avec des remarques historiques et critiques de M. Le Duchat. Nouvelle édition ornée de figures de B. Picart etc., augmentée de quantité de nouvelles remarques de M. Le Duchat, de celles de l’édition anglaise des œuvres de Rabelais, de ses lettres et de plusieurs pièces curieuses et intéressantes, Amsterdam, J.F. Bernard, 1741 (trois volumes in-4°). Frontispice de Folkema, des 3 gravures topographiques de l’édition de 1711, et de dessins de B. Picart de Du Bourg, gravées par Bernaerts, Folkema et Tanjé.

Œuvres choisies de M. François Rabelais, Genève, Barillat, 1752 (trois volumes in-12). Textes de Le Duchat expurgés par l’abbé Pérau. À la suite, Vie de Rabelais et Parallèle d’Homère et de Rabelais par Dufrény.
Cette édition est disponible sur Google Books : https://books.google.fr/books?id=TSgUAAAAQAAJ

Le Rabelais Moderne, ou les œuvres de Me François Rabelais, mises à la portée de la plupart des lecteurs…, Amsterdam (Paris), F. Bernard, 1752 (six tomes en huit volumes in-12). Édition donnée par l’abbé de Marsy.
Cette édition est disponible sur Google Books : https://books.google.fr/books?id=H80TAAAAQAAJ

Œuvres de Rabelais, Genève (Paris, Cazin), 1777 (quatre volumes in-16).Portrait en médaillon, non signé – Rééditée en 1782 avec un portrait par Sarrabat gravé par de Launay.

Œuvres de François Rabelais, Londres et Paris, JF Bastien, 1783 (deux volumes in-8°). En tête, un portrait de Rabelais gravé par Devisse et dessiné par Sarrabat.
Cette édition est disponible sur Google Books : https://books.google.fr/books?id=M9wUAAAAQAAJ

Œuvres de Maitre François Rabelais… Edition nouvelle, La Haye, et Paris, Hôtel de Bouthillier, rue des Poitevins, 1789 (trois volumes in-12).

– Œuvres de maitre François Rabelais, suivies des remarques publiées en anglais par M. Le Motteux et traduites en français par CDM (César de Missy), Paris, F. Bastien, an VI (trois volumes in-8°).  Gravures documentaires de Le Duchat et 76 figures nouvelles non signées. L’édition a été tirée à trois formats, in-8°, in-4° et in-folio avec la même justification, sur huit papiers différents.

  • Traductions

The whole works of F. Rabelais, or the lives, heroic deeds and saying of Gargantua and Pantagruel, done out of French by Sir Thomas Urchard, M. Motteux and others, London, J. Woodward, 1708 (deux volumes in-8°). Le premier livre de la traduction d’Urchard avait paru seul en 1653, puis les trois premiers livres en 1694 : enfin le quart et le cinquième en 1694. L’ouvrage, revu à l’aide de l’édition de Le Duchat, fut réédité à Londres en 1737.

The works of Francis Rabelais, formerly translated by sir Thomas Urquart and explained by M. Motteux, revised by Mr. Ozell, London, J. Brindley, 1750 (cinq volumes in-16).

[1] Le terme « populaire » s’explique par le fait que cette édition fait partie de la bibliothèque bleue. C’était donc probablement une édition colportée.

[2] Il s’agit en fait des trois lettres envoyées à Geoffroy D’Estissac, évêque de Maillezais, lors du deuxième voyage en Italie de Rabelais de 1535 à 1536. Elles ont été éditées récemment par Richard Cooper dans le cahiers XXIV des Etudes rabelaisiennes intitulé « Rabelais et l’Italie », avec toutes les autres lettres de Rabelais. Ces trois lettres se trouvent entre les pages 107 et 158. Pourtant, quelques différences notables : l’édition de 1651 contient seize épîtres différentes toutes adressées à l’évêque de Maillezais alors que l’édition de Cooper n’en compte que trois. En réalité, les épîtres de 1651 se trouvent tous « fondus » en trois lettres seulement chez Cooper mais ce sont rigoureusement les mêmes textes. Voir le table de correspondance que nous avons établie entre ces deux éditions.

Rabelais au XVIIIᵉ siècle : bibliographie

 Nous adressons tous nos remerciements à Michel Jourde dont les conseils nous ont été précieux pour établir cette bibliographie.

  1. Vue générale de la réception de Rabelais au XVIIIe siècle

Ouvrages

BAECQUE (de), Antoine, Les Eclats du rire. La culture des rieurs au XVIIIe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 2000 [contient quelques allusions passim, notamment des jugements de Ginguené et Voltaire]

BAKHTINE, Mikhaïl, Rabelais and his World, Bloomington, Indiana University Press, 1984 [consulter en particulier le chapitre 1, « Rabelais in the history of laughter »][1]

BOULANGER, Jacques, Rabelais à travers les âges, Paris, Le Divan, 1925

BROWN, Huntington, Rabelais in English literature, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1933 [consulter en particulier le chapitre V, « The Age of Queen Anne », p. 152-178, et le chapitre VI, « The Age of the Novel », p. 178-210]

DEMERSON, Guy, Rabelais, Paris, Éditions Fayard, 1991 [consulter en particulier la deuxième partie, « L’œuvre et le temps », et surtout le Chapitre X, « Le Succès », p. 149-165]

DONNEAU Olivier,« Réception, études et usages de l’univers rabelaisien aux Refuges protestants », dans Refuge et Désert. L’évolution théologie des huguenots de la Révocation à la Révolution française, Hubert Bost et Claude Lauriol (dir.), Paris, Champion, 2003, p. 185-206.

GRÈVE (de), Marcel, La Réception de Rabelais en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, Coll. « Études et essais sur la Renaissance », 2009 [consulter en particulier le chapitre « Rabelais sous les “lumières” des philosophes du XVIIIe siècle », p. 142-166 (auteur non-spécifié)]

MILHE-POUTIGNON, Gérard, François Rabelais : bilan critique, Paris, Nathan, Coll. « 128 », 2005 [Consulter en particulier le chapitre 1, « Histoire de la réception »]

Articles

BRAGA, Corin, « De l’utopie à l’antiutopie. La censure de l’imaginaire aux XVIIe-XVIIIe siècles », Echinox Journal, n°4, 2003, p. 114-128

CHICHMAREV, Victor, « Gargantua en Russie », Revue du Seizième siècle, XIV, 2, 1927, p. 348-359

COOPER, Richard,

  • « Le véritable Rabelais déformé », in Paul J. Smith (dir.), Editer et traduire Rabelais à travers les âges, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 195-220
  • « “Charmants mais très obscènes” : French eighteenth century readings of Rabelais », in G. Barber et C.P. Courtney (dir.), Enlightenment Essays in memory of Robert Shackleton, Oxford, Voltaire Fondation, 1988, p. 39-60
  • « Reading and unraveling Rabelais through the ages », in John O’Brien (dir.), The Cambridge Compagnon to Rabelais, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 141-157  
  • « Le règne de Français 1er au siècle des Lumières », in La Littérature et ses avatars (discrédits, déformations et réhabilitations, dans l’histoire de la littérature, Y. Bellenger (dir.), Paris, aux Amateurs de Livres, 1991, p. 165-184.

MOUREAU, François, « En prologue à la seconde querelle. Rabelais et Montaigne “modernes” et “libertins” en 1711 », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, vol. 5, n°1, 1972, p. 11-24

YERGYAL, Albert, « Rabelais en Hongrie », Europe, XCV-XCVI, 2, 1953, p. 155-158

PETTINATO, Concetto, « Rabelais e l’Italia », Illustrazione Italina, LX, 12 mars 1933, p. 400-401

PRESCOTT, Anne Lake, « England », The Rabelais Encyclopedia, Elisabeth Chesney-Zegura (dir.), Westport (Conn.), Greenwood Press, 2004, p. 64-65

PREVITERA, Carmelo, « Rabelais », La poesia giocasa e l’umorismo. Dall’origini al Renacimiento, Milano, 1939, p. 53-55

SMITH, Paul J., « Reception and Influence in France », The Rabelais Encyclopedia, Elisabeth Chesney-Zegura (dir.), Westport (Conn.), Greenwood Press, 2004, p. 205-206

TAZBIR, Janusz, « La fortune de Rabelais en Pologne », Études Rabelaisiennes, Genève, Droz, vol. 25, 1991, p. 113-123

Ressources électroniques

JACOT-GRAPA, Caroline, « “Quand on écrit, faut-il tout écrire ?” ». Diderot et la censure », Droit et cultures [En ligne], 57, 2009-1, mis en ligne le 08 septembre 2009. (URL : http://droitcultures.revues.org/1337)    

2. Rabelais, interlocuteur ou source privilégiée d’un auteur

1. Rabelais et Sterne

Ouvrages

WICKLER, Franz Joseph, Rabelais und Sterne, Bonn, 1962

Articles

ANSPAUGH, Kelly, « Reading the intertext in Sterne’s A Panegyrick on the Dean », Essays in Literature, vol. 22, n°1, 1995, p. 17-30

COLEMAN, Anthony, « Sterne’s use of the Motteux-Ozell Rabelais », Notes and Queries, vol. 25, 1978, p. 55-58

FARDON, Michael, « A Rabelaisian source for the “key” to Sterne’s A Political romance », The Review of English Studies, New Series, vol. 26, n°101, février 1975, p. 47-50

HOWES, Alan, « Laurence Sterne, Rabelais and Cerventes. The two kinds of laughter in Tristram Shandy », Laurence Sterne. Riddles and mysteries, Valerie Grosvenor Mayer (dir.), London-Totowa, Vision-Barnes & Noble, 1984, p. 39-56

LAUDANDO, Carla Maria, « Deluge of Fragments : Rabelais’ Forth Book, Sterne’s Fragment and Beckett’s Fizzles », Laurence Sterne in Modernism and Postmodernism, David Piece et Peter de Voogd (dir.), Amsterdam, Rodopi, 1995, p. 157-165

Mc NIEL, David, « The “choicest morsel” of Sterne’s borrowings from Rabelais », English Lan guage Notes (Boulder), vol. 21, n° 2, septembre 1983, p. 42-44

NEW, Melvin, « Sterne’s Rabelaisian fragment : A text from the holograph manuscript », Publications of the Modern Language Association of America, vol. 87, n°5, p. 1083-1092

REGAN, Shaun, « Translating Rabelais : Sterne, Motteux, and the Culture of Politeness », Translation and Literature, Vol. 10, n°2, 2001, p. 174-199

STOUT, Gardner, « Some borrowings in Sterne from Rabelais and Cerventes », English Language Notes, vol. 3, n°2, 1966, p. 111-11

2. Rabelais et Swift

Ouvrages

THIERKOPF, Paul, Swifts Gulliver und seine französischen Vorgänger [Le Gulliver de Swift et ses prédécesseurs français], Programm, Marburg, 1899

  Articles

PONS, Émile, « Rabelais et Swift, à propos du Lilliputien », Mélanges offerts à Abel Lefranc, Professeur au Collège de France, par ses élèves et amis, Jacques Lavaud (dir.), Genève, Droz, 1936, p. 219-228

TOLDO, Pietro,

  • « Les voyages merveilleux de Cyrano de Bergerac et de Swift dans leurs rapports avec l’œuvre de Rabelais », Revue des Études Rabelaisiennes, vol. 4, n°3, 1906, p. 295-334
  • « Les voyages merveilleux de Cyrano de Bergerac et de Swift dans leurs rapports avec l’œuvre de Rabelais (suite et fin) », Revue des Études Rabelaisiennes, vol. 5, n°1, 1907, p. 24-44

3. Rabelais et Voltaire

Ouvrages

LOWERS, Ruth, Voltaire’s stylistic transformation of Rabelaisian satirical devices, Thèse de Ph.D, Washington, Catholic University of Washington, 1951

Articles

COTONI, Marie-Hélène, « Rabelais, serviteur et maître de Voltaire », Mélanges Jean Larmat, Anales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, n° 39, 1982, p. 465-472

NABLOW, Ralph, « Was Voltaire influenced by Rabelais in Canto V of the Pucelle ? », Roman Notes, XXI, 1980-1981, p. 344-348

PINOT, Vincent, « Voltaire et le Docteur “chérubique” », Revue d’Histoire littéraire de la France, XIII, 1913, p. 425-427

4. Rabelais et les autres auteurs du XVIIIe siècle

Ouvrages

SIMONEAU, Joseph Robert, Literary affinities between Rabelais and Denis Diderot, Thèse de Ph.D, Pennsylvania State University, 1975

Articles 

BENOT, Yves, « Rabelais vu par Diderot », Lettres Françaises, DXLVIII, 26 mars-1er avril 1953, p. 2

DIPIERO, Thomas, « Shit happens. Rabelais, Sade, and the Politics of popular fiction », Genre, vol. 27, n°4, 1994, p. 295-314

O’GORMAN, Donal, « Myth and Metaphor in Rameau’s Nephew », Diderot Studies, vol. 17, 1973, p. 117-130

LATTARD, Jean,

  • « André Chénier et Rabelais », Revue du Seizième siècle, vol. 19, n°2, 1914, p. 196-199
  • « Rabelais et J.-B. Rousseau », Études Rabelaisiennes, vol. 10, n°3, 1912, p. 507

RAMOND, Catherine, « Livre de folie, livre de sagesse. Diderot à la lumière de Rabelais », Les Représentations du XVIe siècle et de la Renaissance au XVIIIe et XIXe siècles. Actes, Tours, Publications de l’Université François Rabelais, 2002, p. 93-103

RENAUD, Michel, « Rabelais palimpseste : deux réécritures de Gargantua au XVIIIe siècle », Nouveau destin des vieux récits de la Renaissance aux Lumières, Cahier V. L., Saulnier, n°9, Presses de l’École Normale Supérieure, 1992, p. 51-73

RIGGS, L.W., « Critiques of Technique : The Literary Subversion of Mastery in Rabelais, Molière, Laclos and Sand », Selecta : Journal of the Pacific Northwest Concil on Forein Languages, n°11, 1990, p. 18-24

SCANLAN, Timothy, « An echo of Marot, Rabelais and Scarron in Rousseau’s Les confessions », Roman Notes, vol. XXI, n°2, 1975, p. 335-337

THOMAS, J., « Diderot et Rabelais », Revue du Seizième siècle, vol. 19, n°2, 1932-1933, p. 322-323

Ressources électroniques

BECQ, Annie,  Goûts », dans Dictionnaire Montesquieu [en ligne], sous la direction de Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon, septembre 2013. URL : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1366965596/fr

[1]    De toute évidence, il ne s’agit pas d’une traduction du célèbre ouvrage déjà publié par Bakhtine sur Rabelais, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Idées », 1982, où il n’est, à notre connaissance, pas question du XVIIIe siècle.