Archives par étiquette : Pléiade

Publication : Le XVIIIᵉ siècle : une renaissance de la Renaissance ?

Études réunies par Catherine Volpilhac-Auger, avec le soutien de l’Institut universitaire de France et de l’UMR 5317 (ENS de Lyon)

(dossier dans la Revue française d’histoire du livre 137, 2016).

 

Catherine Volpilhac-Auger : Introduction

Guillaume Berthon : Les éditions de Marot au XVIIIe siècle

 Michèle Clément : Louise Labé et ses Euvres au XVIIIe siècle

 Michel Magnien : L’infortune éditoriale de « La Pléiade » au XVIIIe siècle

 Catherine Volpilhac-Auger : Les Essais de Montaigne et de Coste

 Grégoire Holtz : Les récits de voyage du XVIe lus au XVIIIe siècle. Vente, collection et recomposition des imprimés géographiques

 Michel Jourde : La littérature agronomique du XVIe siècle vue par le XVIIIe  : transformations, disparitions et redécouvertes

 Tristan Vigliano : Gueudeville préfacier

————————————————————————————————————

Le tome 137 (2016) de la Revue française du livre est disponible auprès de la librairie Droz :

subscriptions@droz.org ou www.droz.org

 

ou bien encore :       Librairie Droz

11, rue Massot, 11 – Case postale 389

1211 Genève 12

Suisse

 

Le prix unitaire est de 91,60 francs suisses ou 88,62€ (TTC).

Il est également possible de recevoir la revue chaque année en devenant membre de la Société des Bibliophiles de Guyenne : www.rfhl.org

 

Pierre de Ronsard sous l’œil des Encyclopédistes

Les encyclopédistes présentent, de façon étonnante, un mépris affiché pour le poète. Qu’elle soit assumée par Diderot, Voltaire ou bien le chevalier de Jaucourt, chaque citation du nom du poète est accompagnée d’un commentaire désobligeant. Les attaques contre Ronsard mentionnent le tort que le poète aurait causé à la langue française, en la pervertissant par des emprunts déraisonnés aux langues anciennes.

Plus marquant encore est l’oubli dans lequel semble être tombé l’auteur au XVIIIe siècle. Il n’existe pas d’article traitant exclusivement de sa personne, mais son nom est cité à une vingtaine de reprises pour un total de 15 articles : « Discours préliminaire des éditeurs » ; « Champ » ; « Contemporain » ; « Diminutif, ive » ; « Echo » ; « Eglogue » ; « François, ou Français » ; « Imitative, phrase » ; « Nogent-le-Rotrou »; « Peinture moderne » ; « Phare » ; « Pleyade » ; « Poète couronné » ; « Rondeau » ; «Vendomois ». Les attaques à son égard s’articulent principalement autour de quatre angles : sa langue, son style, sa postérité, et finalement son goût.

  • Sa langue

La citation du nom de Ronsard dans le « Discours préliminaire » est assez parlante et pose d’emblée les jalons de ce qui sera développé par la suite quant au poète :

Ce préjugé des premiers Savans [de la valeur des Anciens] a produit dans le seizieme siecle une foule de Poëtes, d’Orateurs, & d’Historiens Latins, dont les Ouvrages, il faut l’avoüer, tirent trop souvent leur principal mérite d’une latinité dont nous ne pouvons guere juger. (…) Les Gens de Lettres penserent donc à perfectionner les Langues vulgaires ; ils chercherent d’abord à dire dans ces Langues ce que les Anciens avoient dit dans les leurs. Cependant par une suite du préjugé dont on avoit eu tant de peine à se défaire, au lieu d’enrichir la Langue Françoise, on commença par la défigurer. Ronsard en fit un jargon barbare, hérissé de Grec & de Latin : mais heureusement il la rendit assez méconnoissable, pour qu’elle en devînt ridicule.

« DISCOURS PRÉLIMINAIRE DES ÉDITEURS », d’Alembert ; XXIJ

La critique est frontale, désobligeante, et ne laisse aucune place au doute, Ronsard vient illustrer le propos: son style, dit « ridicule », paraît l’être de manière largement acceptée. Dans ce discours liminaire, il n’est pas question d’analyser en profondeur les raisons de cette défaillance ; Ronsard semble constituer l’exemple prototypique du poète renaissant, désormais oublié, s’étant perdu dans une latinisation et une héllénisation trop poussées de la langue française. L’emploi du terme « barbare », historiquement propre à la conception gréco-romaine de l’étranger ne parlant pas la langue de la cité, note le déplacement opéré depuis la Renaissance dans les représentations : la langue de référence, celle à partir de laquelle l’on distingue le parler correct du parler étranger, n’est plus le latin ni même le grec, mais bien le français ; d’où un renversement des critères d’évaluation, suite logique de la translatio studii. On note dans le même mouvement de critique les passages suivants :

Le françois acquit de la vigueur sous la plume de Montagne; mais il n’eut point encore d’elévation & d’harmonie. Ronsard gâta la langue en transportant dans la poésie françoise les composés grecs dont se servoient les Philosophes & les Medecins.

« FRANÇOIS, ou FRANÇAIS » [Littérature | Histoire | Morale] Voltaire ;7:286

Pleyade, (Poëtique.) nom que les Grecs donnerent à sept poëtes célebres qui florissoient sous le regne de Ptolomée Philadelphe.

A l’imitation des Grecs, Ronsard forma une pléyade de poëtes francois sous le regne de Henri II. Ceux qui la composoient étoient le même Ronsard, Daurat, du Bellai, Remi Belleau, Baïf, Pontus de Thiard, & Jodelle, tous grands hommes pour ce tems-là ; mais si sottement infatués du grec, qu’on en trouve presque autant que de francois dans leurs ouvrages.

« PLEYADE », (Poetique.), inconnu ; 12:766

  • Son style

Une autre attaque récurrente dans les diverses critiques touchant au poète s’articule autour de ses choix stylistiques et formels, dont les Encyclopédistes paraissent peu friands. L’Encyclopédie ayant, entre autres choses, la vocation de distinguer une langue poétique française normée, l’on comprend alors les multiples occurrences de Ronsard comme contre-exemple au sein d’articles proprement techniques sur l’écriture poétique.

il semble que la langue françoise n’aime point à être riche en babioles & en colifichets, dit le P. Bouhours. On ne se sert plus aujourd’hui de ces mots qui ont la terminaison de diminutifs, comme hommelet, rossignolet, montagnette, campagnette, tendrelet, doucelet, nymphelette, larmelette, &c.

Ronsard, dit le P. Bouhours, remarques, tom. I. p. 199. la Noue, auteur du dictionnaire des rimes, & mademoiselle de Gournai, n’ont rien négligé en leur tems pour introduire ces termes dans notre langue. Ronsard en a parsemé ses vers, la Noue en a rempli son dictionnaire, mademoiselle de Gournai en a fait un recueil dans ses avis, & elle s’en déclare hautement la protectrice ; cependant notre langue n’a point reçu ces diminutifs; ou si elle les reçut en ce tems-là, elle s’en défit aussi-tôt. Dès le tems de Montagne on s’éleva contre tous ces mots si mignons, favoris de sa fille d’alliance

« DIMINUTIF, IVE », (terme de Grammaire), Dumarsais ;4:1010

Les vers de huit & de dix syllabes sont presque les seuls qui conviennent au rondeau. Les uns préferent ceux de huit, & d’autres ceux de dix syllabes ; mais c’est le mérite du rondeau qui seul en fait le prix. Son vrai tour a été trouvé par Villon, Marot & S. Gélais. Ronsard vint ensuite qui le méconnut.

« RONDEAU », (Poesie franc.), inconnu, 14:359

Nos poëtes qui ont voulu enrichir leurs vers de ces phrases imitatives, n’ont pas réussi au goût des François, comme ces poëtes latins réussissoient au goût des Romains. Nous rions du vers où du Bartas dit en décrivant un coursier, le champ plat, bat, abbat. Nous ne traitons pas plus sérieusement les vers où Ronsard décrit en phrase imitative le vol de l’aloüette.

Elle guindée du zéphire,

Sublime en l’air, vire & revire,

Et y décligne un joli cri,

Qui rit, guérit, & tire l’ire

Des esprits mieux que je n’écris.

« IMITATIVE », Phrase, (Gram. & Poésie), Jaucourt 8:569

Ronsard est fastidieux par son jargon & son pédantisme ; il fait faire dans une de ses églogues, l’éloge de Budée & de Vatable, par la bergere Margot : ces savans-là ne devoient point être de la connoissance de Margot. Il a suivi le mauvais goût de Clément Marot, le premier de nos poëtes qui ait composé des églogues, & il a saisi son ton en appellant Charles IX. Carlin, Henri II. Henriot, &c. En un mot il s’est rendu ridicule en fredonnant des idyles gothiques.

« EGLOGUE », (Belles-Lettres), Jaucourt ; 5:425

Encore une fois le ton y est plutôt méprisant et n’accorde guère de crédit aux talents du poète : ce dernier est « fastidieux » et marqué par le « pédantisme », deux tares que les idéaux de simplicité et d’universalisme des Lumières ne peuvent cautionner. Ces diverses critiques sont alors montrées comme la cause de l’oubli dans lequel serait tombé Ronsard au XVIIIe siècle.

  • Sa postérité

De fait, que cela soit par Jaucourt ou Diderot, la figure de Ronsard est régulièrement convoquée comme exemple canonique d’une étoile éteinte et oubliée, un homme de lettres dont la valeur se serait émoussée avec le temps.

qui se prend quelquefois subst. (Gram.) qui est du même tems. Il y a peu de fond à faire sur le jugement favorable, ou défavorable, même unanime, que les contemporains d’ un auteur portent de ses ouvrages. Ce Ronsard si vanté par tous les hommes de son siecle, n’a plus de nom. Ce Perrault si peu estimé pendant sa vie, commence à avoir de la célébrité

« CONTEMPORAIN » [Grammaire], Diderot ; 4:111

Il arriva pour lors que plusieurs peintres se rendirent illustres dans les deux siecles suivans ; mais aucun ne se rendit excellent. Les ouvrages de ces peintres si vantés dans leur tems, ont eu le sort des poésies de Ronsard, on ne les cherche plus.

« PEINTURE MODERNE », [Beaux-Arts], Jaucourt ; 2:275

  • Son goût et son génie

Finalement, le point de vue général des Encyclopédistes sur Ronsard et son œuvre est bien mauvais : bourreau de la langue française comme de la langue poétique, jadis loué des rois, aujourd’hui oublié… Cet ensemble de critiques est ainsi très simplement condensé dans la courte ébauche de biographie que propose Jaucourt au sein de l’article « Vendomois », qui semble nous proposer en creux les raisons que l’on attendrait pour expliquer un mépris si marqué, et qui jusque-là n’étaient qu’évoquées :

Ronsard (Pierre de) poëte françois du xvj. siecle, naquit dans le Vendômois en 1525. Il devint page du duc d’Orléans, & ayant passé au service de Jacques Stuart, roi d’Ecosse, il demeura deux ans dans ce royaume. De retour en France il se livra tout entier à la poésie, & y acquit une réputation extraordinaire. Les rois Henri II. François II. Charles IX. & Henri III. le comblerent de faveurs. Marie Stuart lui fit présent d’un buffet fort riche, où étoit un vase en forme de rosier, représentant le Parnasse & un Pégase au-dessus, avec cette inscription : à Ronsard l’Apollon de la source des muses.

La ville de Toulouse lui envoya une Minerve d’argent massif pour le premier prix des jeux floraux qu’elle lui décerna, & le présent fut accompagné d’un decret qui déclaroit Ronsard le poëte françois par excellence. On peut juger par tous ces faits de la grande réputation dont jouissoit ce poëte. Il mourut en 1585, âgé de 60 ans. Du Perron qui fut depuis cardinal, prononça son oraison funebre.

Ronsard avoit véritablement la sorte de génie qui fait le poëte. Il y joignoit une érudition assez vaste. Il s’étoit familiarisé avec les anciens, & sur-tout avec les poëtes grecs, dont il savoit la langue. Mais le manque de goût de son siecle, & le peu qu’il en avoit lui-même, au lieu de perfectionner en lui la nature, ne firent que la corrompre. Imitateur servile des Grecs qu’il adoroit avec raison, il voulut enrichir notre langue de leurs dépouilles. Il remplit ses ouvrages d’allusions fréquentes à leurs histoires, à leurs fables, à leurs usages. Il admit dans ses vers le mélange de différens dialectes de nos provinces. Il habilla même à la françoise une quantité prodigieuse de termes grecs; il en devint inintelligible. Ainsi malgré tous ses talens sa réputation ne lui survécut guere ; & depuis Malherbe ses ouvrages ne sont plus lus.

« VENDOMOIS », (Géog. Mod.), Jaucourt ; 16:913

Cette ébauche de biographie nous laisse donc un portrait en demi-teinte du poète. Si les critiques citées auparavant se retrouvent, il est intéressant de voir quelles sont les causes mises en avant pour les expliquer. C’est bien principalement le « manque de goût de son siècle » qui est en cause et duquel semblent découler, comme par nécessité, les perversions auxquelles il a abandonné sa langue. Pour autant, la critique se déplace ensuite sur l’analyse des modalités de cette perversion langagière : elles résideraient dans le vice du « mélange », de l’abâtardissement de la langue. Non pas que la langue grecque soit blâmée en elle-même par Jaucourt ; c’est bien plutôt l’hybridité langagière, la « corruption » à laquelle la fait aboutir Ronsard qui semble être blâmable. Ce vocabulaire de la dénaturation langagière (« imitateur servile », « dépouilles », « inintelligible ») nous permet alors de saisir l’enjeu central de la critique qu’adressent les Encyclopédistes à Ronsard : ultimement, c’est au nom d’une conception classique et donc puriste de la langue française, héritée du XVIIe siècle, que Ronsard est blâmé. Il n’a en effet pas su reconnaître ni faire fructifier les germes de la grandeur de la langue française à laquelle il a préféré l’emprunt et l’hybridation. Finalement, sa réputation qui était, on le voit, « extraordinaire » sous Henri II, Charles IX et Henri III, ne serait plus qu’un vague souvenir et cela, en dernière analyse, par défaut de « goût ». Car c’est bien cette notion de « goût », qui sous-tend toute l’analyse des Encyclopédistes : si Ronsard a perdu sa renommée c’est que ni le goût de son temps, ni celui de sa personne n’ont su faire fructifier les racines de son génie. Aussi, n’est-il qu’un poète inaccompli parce qu’il pèche là où les Lumières l’attendraient : sur son goût, et sur le génie qui devrait en découler. D’où ce dernier texte.

Mais si ces sortes de jeux de mots faisoient sous les regnes de François I. & d’Henri II. les délices de la cour, & le merite des ouvrages d’esprit des successeurs de Ronsard, ils ne peuvent se soûtenir contre le bon goût d’un siecle éclairé.

« ECHO », (Poesie.), Jaucourt ; 5:264

« Le bon goût d’un siècle éclairé ». L’on pourrait alors voir, à travers cette expression, l’une des raisons expliquant le point de vue des Encyclopédistes sur Ronsard : aux confins de l’idéal d’un « bon goût » aristocratique hérité du Grand Siècle et d’un universalisme rationnel (« éclairé ») propre aux Lumières, les Encyclopédistes ne peuvent se satisfaire d’un poète au jargon inaccessible dont l’œuvre tiendrait plus au principe « servile » d’imitation qu’à la grandeur nouvellement accordée à celui de création.

Présence de Du Bellay dans l’Encyclopédie

Le XVIe siècle est présenté aujourd’hui comme un siècle important dans l’histoire de la langue française, parce qu’il est un moment d’« expansion de la langue vulgaire1 ». Il est courant d’associer ce moment d’effervescence linguistique avec sa théorisation par certains auteurs, notamment par Du Bellay dans Défense et illustration de la langue française2. Cette association admise l’était-elle déjà au XVIIIe siècle ? Pour apporter un élément de réponse à cette question, nous avons mené une recherche sur la présence de du Bellay dans l’Encyclopédie, afin d’évaluer la représentation qu’en avaient les rédacteurs et l’importance qu’ils accordaient au poète dans l’histoire littéraire et linguistique.

1) Une faible présence dans l’Encyclopédie

Le nom de Du Bellay figure dans sept articles : respectivement « Echo », « Fiançailles », « Quintil », « Vaucouleurs », « Vin », « Yvetot », rédigés par Jaucourt, et « Glaciere naturelle » par d’Holbach. S’y ajoutent trois mentions avec l’orthographe « du bellai » : les articles « Chatelet de Paris », rédigé par Boucher d’Argis, « Pleyade », rédigé par un auteur anonyme, et « Vand Oeuvre », rédigé par Jaucourt. Parmi ces résultats, déjà peu nombreux, seuls « Echo », « Quintil », « Pleyade » et « Vand Oeuvre » concernent le poète. Les autres articles évoquent Jean du Bellay3 dans « Chatelet de Paris », Martin du Bellay4 dans « Vaucouleurs », Eustache du Bellay5 dans « Fiançailles », Martin du Bellay6 dans « Glaciere naturelle » et « Vin », et « la maison du Bellay » dans « Yvetot ».

2) Un nom connu

Lorsqu’on examine les quatre articles concernant Joachim Du Bellay, on constate que le poète est relativement peu connu. Il sert dans l’article « Quintil » à situer dans le temps un autre poète :

QUINTIL, s. m. (Poésie françoise.) on nomme ainsi une stance composée de cinq vers. Dans le quintil, il doit y avoir nécessairement trois vers d’une même rime entrecoupées par la seconde rime. Le quintil françois a été inventé par Fontaine, contemporain de Du Bellay, qui vivoit sous Henri II7.

Cette occurrence nous apprend que Du Bellay a été le contemporain de l’inventeur du quintil et nous montre aussi que Du Bellay faisait partie des noms connus. Cependant, le règne d’Henri II, mentionné dans la proposition subordonnée relative, est la référence la plus certaine, qui permet de situer les deux poètes.

3) Un poète de la Pléiade

Du Bellay est cité parmi les poètes de la Pléiade dans l’article « Pleyade, (Poetique) », écrit par un auteur anonyme :

A l’imitation des Grecs, Ronsard forma une pléyade de poëtes francois sous le regne de Henri II. Ceux qui la composoient étoient le même Ronsard, Daurat, du Bellai, Remi Belleau, Baïf, Pontus de Thiard, & Jodelle, tous grands hommes pour ce tems-là ; mais si sottement infatués du grec, qu’on en trouve presque autant que de francois dans leurs ouvrages.8

L’image de Du Bellay est un peu plus développée, mais encore assez vague puisque le paragraphe présente les sept poètes cités de la même manière : il s’agissait d’hommes influents pour leurs contemporains, qui utilisaient des mots grecs dans leurs écrits en français. Le commentaire sur l’usage du grec est très péjoratif : l’adverbe « sottement » dénote la stupidité et renforce le participe passé « infatués », qui marque l’admiration excessive et ridicule. Les emprunts à la langue grecque pour enrichir le français sont vivement condamnés. Il s’agit dans l’Encyclopédie d’une condamnation souvent associée à Ronsard9. On peut alors se demander si cette phrase témoigne d’une connaissance des sept poètes cités ou d’une condamnation de la Pléiade sur la seule connaissance de Ronsard. Il n’est donc pas sûr que cet article fournisse d’autres informations sur Du Bellay que son appartenance au groupe des poètes de La Pléiade. Cependant, on peut affirmer que l’auteur anonyme rassemble et condamne ces sept poètes au nom d’une même pratique de la langue.

4) Quelques vers de Du Bellay

Deux articles seulement citent certains vers de Du Bellay : ces vers-là étaient connus par les rédacteurs de l’Encyclopédie et ont pu circuler au XVIIIe siècle à partir de leur publication dans l’Encyclopédie. Il s’agit de deux articles du Chevalier de Jaucourt.

Il [Nicolas Bourbon, poëte latin qui vivoit sous le regne de François I.] a laissé huit livres d’épigrammes, sous le titre de nugoe, bagatelles, au sujet duquel du Bellai fit ces deux jolis vers :

Paule, tuum inscribis, Nugarum nomine librum, In toto libro nil melius titulo10.

C’est un bon mot, mais qui ne doit point détruire le mérite de l’ouvrage même, dont Erasme faisoit grand cas.11

Du Bellay est cité dans un article consacré à un autre poète, qui écrivait en latin. Il est présenté de manière positive : il a écrit une épigramme pour faire la critique d’un livre d’épigrammes avec une ironie plaisante, appréciée par Jaucourt, qui encadre la citation par deux expressions mélioratives : « ces deux jolis vers » et « c’est un bon mot », orientant la réception du lecteur. Du Bellay apparaît comme un homme d’esprit, dont les deux vers latins méritent davantage d’être cités et retenus que n’importe quelle épigramme de l’ouvrage dont il est question dans l’article.

Un dernier article, « Echo », présente quelques vers français de Du Bellay, cités comme exemple de réalisation de l’écho en poésie :

M. l’abbé Banier cite comme une piece d’une naïveté charmante, le dialogue composé par Joachim du Bellay, entre un amant qui interroge l’écho, & les réponses de cette nymphe : voici les meilleurs traits de ce dialogue ; je ne transcrirai point ceux qui sont au-dessous.

Qui est l’auteur de ces maux avenus ?

Venus.

Qu’étois-je avant d’entrer en ce passage ?

Sage.

Qu’est-ce qu’aimer, & se plaindre souvent ?

Vent.

Dis-moi quelle-est celle pour qui j’endure ?

Dure.

Sent-elle bien la douleur qui me point ?

Point.12

Son nom est connu, associé à une épigramme et quelques vers exemplaires sur l’écho, mais on remarque ici que la citation ne vient pas directement d’un ouvrage de Du Bellay que possèderait le chevalier de Jaucourt : ce dernier cite l’abbé Banier citant du Bellay. Cette citation indirecte peut indiquer que Jaucourt ne possédait pas lui-même de livres écrits par Du Bellay, qu’il le connaissait uniquement par des livres intermédiaires, ce qui tend à souligner la méconnaissance du poète : le reste de sa production semble ne pas être connue, ou ne pas être jugée digne d’être mentionnée dans l’Encyclopédie.

Par ailleurs, l’article « Echo » présente une condamnation de ces jeux poétiques :

Lors de la naissance de notre poésie, on ne manqua pas de saisir ces sortes de puérilités, & on les regarda comme des efforts de génie. L’on trouve même plusieurs échos dans le poëme moderne de la sainte-Baume du carme provençal : ce qui m’étonne, c’est que de pareilles inepties ayent plû à des gens de lettres d’un ordre au-dessus du commun.

[…]

Mais si ces sortes de jeux de mots faisoient sous les regnes de François I. & d’Henri II. les délices de la cour, & le mérite des ouvrages d’esprit des successeurs de Ronsard, ils ne peuvent se soûtenir contre le bon goût d’un siecle éclairé.13

Le terme « inepties » témoigne du mépris du Chevalier de Jaucourt à l’égard de ces pratiques ludiques, qui lui paraissent ne plus être appréciées par le XVIIIe siècle, « siècle éclairé ».

Ainsi, Du Bellay est peu présent dans l’Encyclopédie. Même quand il est cité, nous pouvons constater qu’il est peu connu et peu, voire pas du tout, lu pour lui-même. Défense et illustration de la langue française n’est pas cité et son travail dans ce domaine semble inconnu des rédacteurs de l’Encyclopédie.

1Chaurand Jacques, « Moyen français et français du XVIe siècle »,  Histoire de la langue française, Paris, Presses Universitaires de France , «Que sais-je ?», 2006, 128 pages.

2Des extraits de la Défense et illustration de la langue française de Du Bellay ont été publiés dans l’anthologie Les grands manifestes littéraires, édition réalisée par Pascale Fautrier, Gallimard, Folioplus classiques, 2009. Dans le dossier de cette édition, le XVIe siècle est présenté dans l’histoire de la littérature française comme un moment de « naissance » de la langue française. La collection Folioplus chez Gallimard est explicitement « recommandé[e] pour les classes de lycée » sur la quatrième de couverture.

3Jean Du Bellay, 1492 ou 1498-1560.

4Martin Du Bellay, 1495-1559. Les Mémoires de Mess. Martin Du Bellay Seigneur de Langey contenans le discours de plusieurs choses advenues au royaume de France depuis l’an 1513 jusques au trespas du roy François Ier sont cités comme source.

5Eustache Du Bellay, date de naissance inconnue-1563.

6Martin Du Bellay, 1703-1775.

7Encyclopédie, « Quintil, (Poesie francoise.) », Jaucourt, 13:722.

8Encyclopédie, « Pleyade, (Poetique.) », 12:766.

9Voir la contribution de Pablo Diaz, Ronsard vu par l’Encyclopédie.

10« Paul, tu écris ton livre sous le nom de bagatelles, Dans tout le livre, rien n’est meilleur que le titre. » (Il s’agit d’une traduction personnelle.)

11Encyclopédie, « Vand Oeuvre, (Géogr. mod.) », Jaucourt, 16:829-830.

12Encyclopédie, « Echo (Poesie.) », Jaucourt, 5:265.

13Encyclopédie, « Echo (Poesie.) », Jaucourt, 5:265.

Le XVIᵉ siècle vu par le XVIIIᵉ : bibliographie indicative

Étant donné le manque d’ouvrages généraux sur la question, nous publions une bibliographie présentant la réception au XVIIIe  siècles des plus importants auteurs du XVIe : Érasme, Machiavel, Marot, Montaigne et les poètes de la Pléiade. Une dernière section mentionne les plus importants ouvrages consacrés à l’invention de la notion de « Renaissance », question qui a constitué le point de départ de nos recherches.

Nous adressons nos vifs remerciements à Guillaume Berthon, Michel Magnien et Tristan Vigliano pour l’aide qu’ils nous ont apportée, respectivement pour les sections consacrées à Marot, Érasme et la Pléiade.

I. La réception de certains auteurs au XVIIIe siècle.

a) Erasme

MARGOLIN, Jean-Claude, « Érasme et la France », Wolfenbütteler Abbhandlungen zur Renaissance Forschung, vol. 7 (« Erasmus und Europa »), Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, 1988, p. 47-73 [article repris dans Érasme : une abeille laborieuse, un témoin engagé, Caen, Paradigme, 1993, p. 355-381].

ROSENBERG Aubrey, Nicolas Gueudeville and His Work (1652-172?), La Haye / Boston / Londres, Martinus Nijhoff, 1982. [Cet ouvrage décrit l’itinéraire de Nicolas Gueudeville, auteur d’une importante traduction de l’Eloge de la folie parue en 1713.]

SMITH Paul,
– « Thirty-first Annual Erasmus Birthday Lecture : The First French Translations of the Praise of Folly », Erasmus of Rotterdam Society Yearbook, 32 (1), 2012, p. 7-26.
– « Les traductions françaises de l’Éloge de la folie du XVIe au XVIIIe siècle », art. à paraître dans les actes du colloque Érasme et la France (Paris, Classiques Garnier, 2015).

b) Machiavel

BERTIERE André, « Montesquieu lecteur de Machiavel », in Actes du congrès Montesquieu, Bordeaux, Delmas, 1956, p. 141-158.

BIANCHI Lorenzo , « Machiavel, Nicolas », dans Dictionnaire Montesquieu [en ligne], sous la direction de Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon, septembre 2013.
URL : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1367167607/fr/

CUCCHI P., « Rousseau lecteur de Machiavel », in Jean-Jacques Rousseau et son temps. Politique et littérature au XVIIIe siècle, ed LAUNAY M., Nizet, Paris, 1969, 17-35

DREI Henri, La Vertu politique : Machiavel et Montesquieu, Paris, L’Harmattan, 1998.

LEVY Y. « Machiavel et Rousseau », Le contrat social, mai-juin 1962, p.169-174.

PAYOT R., « Jean-Jacques Rousseau et Machiavel », Etudes philosophiques, 26, 1971, 209-223.

POCOCK John. G. A, The Machiavellian moment: florentine political thought and the Atlantic republican tradition, London – Princeton, Princeton University Press, 1975 ; traduction française Le Moment machiavélien : la pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, Paris, PUF, 1997.

SHACKLETON Robert, « Montesquieu and Machiavelli: a Reappraisal », Comparative Literature Studies, I, 1964, p. 1-13.

SOSSO P. « Machiavel » in Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau,  EIGELDINGER Frédéric et TROUSSON Raymond dir, Paris, Honoré Champion, 1996.

c) Marot

BEUGNOT Bernard, « “L’inspiration à rênes courtes” : Marot chez les classiques », Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996, Actes du Colloque international de Cahors en Quercy, 1996, Gérard Defaux et Michel Simonin (éd.), Paris, Champion, 1997.

CHATELAIN Jean-Marc, La Bibliothèque de l’honnête homme : livres, lectures et collections en France à l’âge classique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003.

LERBER, Walther de, L’influence de Clément Marot aux XVIIe et XVIIIe siècles, Lausanne, Haeschel-Dufey, 1920.
MAYER, C.A., « Notes sur la réputation de Marot aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, n°2,1963, p. 404-407.

MONFERRAN Jean-Charles, « Marot, le marotique et La Fontaine. Réflexions autour de “La Pension Poétique” », Le Fablier. Revue des Amis de Jean de La Fontaine, n° 13, 2001.

POULOIN Claudine et MASSEAU Didier dir., Lenglet Dufresnoy entre ombre et lumières, Paris, Honoré Champion, 2011. [Cet ouvrage décrit l’itinéraire De Lenglet Dufresnoy, auteur d’une importante édition de Marot en 1731.]

ROOSBROECK, Gustave L. Van « Un débat sur Marot au XVIIIe siècle » in Revue du seizième siècle,  t. IX, 1922, p. 281-285.

SCANLAN, Timothy M., « An Echo of Marot, Rabelais and Scarron in Rousseau’s Les Confessions« , Romance Notes, XVI, 1974-75, p. 335-337.

SHERIDAN Geraldine, Nicolas Lenglet Dufresnoy and the Literary Underworld of the Ancien Régime, Oxford, The Voltaire Foundation at the Taylor Institution, 1989. [Cet ouvrage décrit l’itinéraire De Lenglet Dufresnoy, auteur d’une importante édition de Marot en 1731.]

VILLEY Pierre, Tableau chronologique des publications de Marot, extrait de la Revue du seizième siècle, t. 7-8 (1920-1921), Paris, Champion, 1921, p. 193-200.

d) Montaigne

DESAN Philippe dir., Les chapitres oubliés des Essais de Montaigne, Actes de la journée d’étude à la mémoire de Michel Simonin, University of Chicago, 9 avril et 5 novembre 2010, Paris, Honoré Champion, 2011.

DESAN Philippe, Portraits à l’essai : Iconographie de Montaigne, Paris, Honoré Champion, 2007.

DREANO, Maturin, La renommée de Montaigne en France au XVIIIe siècle 1677-1802, Angers, Editions de l’Ouest, 1952.

DREANO, Maturin, « Montaigne dans les bibliothèques privées en France au XVIIIe siècle », Cahiers de l’Association internationale de l’étude français, n°14, 1962, pp. 255-262.

DOMENECH J. « Scepticisme » in Dictionnaire de Diderot, MORTIER Roland et TROUSSON Raymond dir, Paris, Honoré Champion, 1996.

FLEURET, Colette :
– Rousseau et Montaigne en France au XVIIIe siècle, Paris, Nizet,1980.
– « Montaigne » in Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, EIGELDINGER Frédéric et TROUSSON Raymond dir., Paris, Honoré Champion, 1996.

HAAG, Eliane Martin « Diderot et Voltaire lecteurs de Montaigne : du jugement suspendu à la raison libre », Revue de métaphysique et de morale, 1997, p. 365-383.

MICHEL, Pierre, « Diderot, Hélvétius et Montaigne», Bulletin de la société des amis de Montaigne, n°2, 1972, p. 71.

SCHWARTZ J., Diderot and Montaigne : the « Essais » and the shaping of Diderot’s humanism, Genève, Droz, Genève 1966.

STAROBINSKI Jean,
– Montaigne en mouvement, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 1982.
– « Rousseau dans la marge de Montaigne. Cinq notes inédites », Le Débat, 1996/3, n° 90, p. 3-26.
URL : https://www.cairn.info/revue-le-debat-1996-3-page-3.htm, DOI : http://dx.doi.org/10.3917/deba.090.0003

e) Les poètes de la Pléiade

CHAUVEAU Jean-Pierre, « Du Bellay dans les recueils collectifs et anthologies des XVIIe et XVIIIe siècles », Œuvres et critiques, XX, 1, 1995, p. 97-102.

FAISANT Claude, Mort et résurrection de la Pléiade, Paris, Honoré Champion, 1998.

KATZ Richard A., Ronsard’s French Critics, Genève, Droz, 1968.

FREIRE DE MELO, Marlon, « Le discrédit de Ronsard et de ses disciples dans les XVIIe et XVIIIe siècles en France », Estudios Romanicos, 2001, n°20, p. 93-98.

PICHOIS Claude, « Ronsard au XVIIIe siècle », Œuvres et critiques, VI, 2, 1981-1982, p. 65-68.

SAULNIER V.-L., « La Réputation de Ronsard au XVIIIe siècle et le rôle de Sainte-Beuve », Revue universitaire, mars-avril 1947, p. 92-97.

Nous renvoyons plus généralement aux deux volumes de la revue Œuvres et critiques coordonnés par Yvonne BELLENGER : Le poète et ses lecteurs : le cas Ronsard, VI, 2, hiver 1981-1982 et Du Bellay devant la critique de 1550 à nos jours, XX, 1, 1995.

II. L’invention de la notion de Renaissance

FEBVRE Lucien :
– « Comment Jules Michelet inventa la Renaissance », 1950, rééd. in Pour une histoire à part entière, Éditions de l’EHESS, 1961, p. 717 – 729.
La Renaissance existe-t-elle ? Réflexions à partir de Michelet, Paris, Flammarion, 1992.
Michelet créateur de l’histoire de France, éd. Yann POTIN et Brigitte MAZON, Paris, Vuibert, 2014

LESTRINGANT Frank, « Renaissance ou XVIe siècle ?», Revue d’histoire littéraire de la France 5/2002 (vol.102), p. 759-769.
URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2002-5-page-759.htm, DOI : http://dx.doi.org/10.3917/rhlf.025.0759

RIGOLOT François,
– « Sainte-Beuve et le mythe du XVIe siècle », L’Esprit créateur, XV, 1, 1974, p. 35-43.
– « L’Invention de la Renaissance », in De la littérature française, éd. Denis HOLLIER et François RIGOLOT, Paris, Bordas, 1993, p. 602-607.

MASSE Marie-Sophie et PAOLI Michel dir, La Renaissance ? Des Renaissances ?(VIIIe-XVIe siècle), Paris, Klincksieck, 2010.