Archives de l’auteur : Flora Champy

À propos Flora Champy

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, diplômée de l'ENS Ulm en Sciences de l'Antiquité et Etudes cinématographiques, Flora Champy est agrégée de Lettres classiques. Titulaire d'un Master de Lettres classiques de l'Université Paris IV (Mention Très Bien), elle a consacré son mémoire de Master 1 à l'étude des présences du politique dans les "Lettres à Lucilius" de Sénèque, sous la direction de Carlos Lévy, et son mémoire de Master 2 à l'examen de la notion de puissance ("potentia") chez Sénèque et Jean-Jacques Rousseau, sous la direction conjointe de Carlos Lévy et Jacques Berchtold. Après avoir occupé pendant un an un poste de Junior Lecturer à la Johns Hopkins University (Baltimore, Etats-Unis), elle effectue actuellement, sous la direction conjointe de Catherine Volpilhac-Auger (ENS de Lyon) et James Swenson (Rutgers University) une thèse de doctorat en Littérature française, consacrée à la place de l'Antiquité dans la pensée du pouvoir de Jean-Jacques Rousseau. Elle s'est chargée de la conception et de l'organisation du site (coordination et relecture de l'ensemble des contributions).

Séminaire « Faire de l’histoire de la philosophie de la Renaissance »

Séminaire de recherche d’histoire de la philosophie de la Renaissance coordonné par Dominique Couzinet (Maître de conférences à l’Université Paris I), Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne (CHSPM)

Alors même que les études sur la Renaissance sont très vivantes si l’on considère l’ensemble de
leurs manifestations, faire de l’histoire de la philosophie de la Renaissance ne va pas de soi, pour des raisons multiples dont la désaffection actuelle pour l’histoire de la philosophie en général et les décalages entre les cadres institutionnels des différents pays ne sont que les plus visibles. Le principe du séminaire est de chercher à préciser ce qui fait la spécificité des philosophies et des pratiques philosophiques à la Renaissance, en adoptant une approche historique, sans exclure la question institutionnelle. Au terme d’une année de séminaire, trois questions se dégagent : la conception de la philosophie qu’avaient les auteurs eux-mêmes, son articulation avec l’époque moderne, et le statut des philosophies de la Renaissance en regard de la conception contemporaine de la philosophie et de son enseignement. On poursuivra ces interrogations cette année, en accordant une place à l’actualité de la recherche.

Le séminaire a pour but de rassembler de jeunes chercheurs et des chercheurs confirmés autour d’une réflexion sur la pratique de l’histoire de la philosophie de la Renaissance aujourd’hui, ses conditions, ses objets et les instruments de sa mise en oeuvre. Il est ouvert à tous. En raison des mesures de sécurité, prière de s’inscrire à l’adresse : philo-recherche@univ-paris1.fr

19 novembre 2016 – 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Jean-Marc Mandosio (EPHE-SAPRAT) : « Sur les différents sens de la philosophie à la Renaissance »
Répondant : Deborah Miglietta (CNRS-LEM)

10 décembre 2016 – 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Andrés Vélez Posada (Universidad EAFIT Medellín) : « Philosophie naturelle et culture géographique dans la conception de l’ingenio de Juan Huarte »
Répondants : Susanna Gambino Longo (Université Jean Moulin Lyon III)

28 janvier 2017 – 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Dominique Couzinet (Paris 1-CHSPM) : « L’image de la philosophie du XVIe siècle dans les histoires de la philosophie au temps des Lumières : le cas de Ramus et du ramisme »
Répondant : Giovanni Zaniol (Università degli studi di Trento)

25 février 2017 – 15h>17h – SALLE HALBWACH
Guido Giglioni (The Warburg Institute) : « Francis Bacon et l’art de la pensée par les emblèmes » [en italien ou en anglais]
Répondant : Yves Hersant (EHESS)

18 mars 2017- 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Filip Karfik (Université de Fribourg, Suisse) : « Les concepts de nature, de qualité et d’idolum chez Marsile Ficin »
Répondant : Stéphane Toussaint (CNRS-LEM)

22 avril 2017 – 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Marion Lieutaud (Centre Pierre Abélard, Paris IV) : « La philosophie de la Renaissance selon un
philosophe de la Renaissance : Giordano Bruno »
Répondant : Saverio Ansaldi (Université de Reims-CIRLEP)

13 mai 2017 – 15h>17h – SALLE CAVAILLÈS
Thomas Leinkauf : Présentation de son ouvrage Grundriss Philosophie des Humanismus und der Renaissance (Hambourg, Felix Meiner Verlag, 2016) [en italien ou en anglais]
Répondants : Dominique Couzinet, Jean-Marc Mandosio, Stéphane Toussaint

Publication : Le XVIIIᵉ siècle : une renaissance de la Renaissance ?

Études réunies par Catherine Volpilhac-Auger, avec le soutien de l’Institut universitaire de France et de l’UMR 5317 (ENS de Lyon)

(dossier dans la Revue française d’histoire du livre 137, 2016).

 

Catherine Volpilhac-Auger : Introduction

Guillaume Berthon : Les éditions de Marot au XVIIIe siècle

 Michèle Clément : Louise Labé et ses Euvres au XVIIIe siècle

 Michel Magnien : L’infortune éditoriale de « La Pléiade » au XVIIIe siècle

 Catherine Volpilhac-Auger : Les Essais de Montaigne et de Coste

 Grégoire Holtz : Les récits de voyage du XVIe lus au XVIIIe siècle. Vente, collection et recomposition des imprimés géographiques

 Michel Jourde : La littérature agronomique du XVIe siècle vue par le XVIIIe  : transformations, disparitions et redécouvertes

 Tristan Vigliano : Gueudeville préfacier

————————————————————————————————————

Le tome 137 (2016) de la Revue française du livre est disponible auprès de la librairie Droz :

subscriptions@droz.org ou www.droz.org

 

ou bien encore :       Librairie Droz

11, rue Massot, 11 – Case postale 389

1211 Genève 12

Suisse

 

Le prix unitaire est de 91,60 francs suisses ou 88,62€ (TTC).

Il est également possible de recevoir la revue chaque année en devenant membre de la Société des Bibliophiles de Guyenne : www.rfhl.org

 

La Fabrique du XVIᵉ siècle au temps des Lumières : Programme du colloque

Organisé par Catherine Volpilhac-Auger (Professeur des Universités à l’ÉNS de Lyon) et Myrtille Méricam-Bourdet (Maître de conférences à l’Université Lyon 2), le colloque international « La Fabrique du XVIe siècle au temps des Lumières » réunira chercheurs français, européens et internationaux du 11 au 13 octobre 2016, à l’ENS de Lyon, site Monod, salle 1 place de l’École.

Toutes les informations pratiques sont disponibles ici : programme_fabrique_du_xvie

Mardi 11 octobre

9h00 – Introduction

Aborder le xvie siècle : Le livre et la langue

9h30 Martine FURNO (IHRIM) : Michel Maittaire et l’imprimerie des Estienne : la fabrique des héros ?

10h00 Maxime GEORGES METRAUX (Université Paris 4) : Conception et connaissance de l’art du XVIe siècle dans la production littéraire de Jean-Michel Papillon (1698-1776)

11h00 Livia CASTELLI (Université de Rome) : Les éditions du xvie siècle dans le catalogue d’un libraire parisien de livres rares

11h30 Olivia MADIN (Université d’Oxford) : “La beauté de l’ouvrage fait d’abord la réputation de l’Auteur” : L’édition des Œuvres de Rabelais de 1741

12h00 Rafaël MANDRESSI (CNRS, centre Koyré) : « Les livres-laboratoire des images du corps : rééditer Vésale et Eustachi au xviiie siècle »

Apprendre à penser avec le xvie siècle (1)

14h30 Sarah CARVALLO (École centrale de Lyon) : « Les lumières anatomiques ». La relecture par Tarin de l’anatomie du xvie siècle

15h00 Antony McKENNA (IHRIM, Université de Saint-Étienne) : L’article « Charron » dans le Dictionnaire de Bayle

15h30 Brian MUNOZ (IHRIM, ENS de Lyon) : Giordano Bruno dans le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle

16h30 Lorenzo BIANCHI (Université L’Orientale, Naples) : Bayle et la philosophie italienne de la Renaissance

17h00 Michel JOURDE (IHRIM, ENS de Lyon) : « “De tout temps les hommes ont aimé la nouveauté” : les “innovations” du xvie siècle jugées par le xviiie siècle »

Mercredi 12 octobre

Apprendre à penser avec le xvie siècle (2)

9h00 Neil KENNY (Université d’Oxford) : Que devient au xviiie siècle le statut social de Montaigne ?

9h30 Bernard GITTLER (Université Paris 1) : Le Montaigne de Rousseau, un critique politique : les références aux Essais dans le premier Discours

10h00 Laurence MACE (Université de Rouen) : Montaigne et l’écriture de l’intimité : fonder une tradition ?

11h00 Dominique COUZINET (Université Paris 1) : La vision de la philosophie du xvie siècle dans les histoires de la philosophie au temps des Lumières : le cas de Ramus et du ramisme.

11h30 Tristan VIGLIANO (Université Lyon 2) : Sur un Dialogue des morts : Nicolas de Gueudeville lecteur d’Henri Corneille Agrippa

14h30 Flora CHAMPY (ENS de Lyon et Rutgers University) : La médiation des auteurs politiques du XVIe siècle dans les références à l’Antiquité chez Rousseau

15h00 Josiane GUITARD-MOREL (ESPE Clermont-Ferrand) : Comment la pédagogie humaniste a-t-elle nourri la réflexion éducative de Jean-Jacques Rousseau ?

15h30 Eszter KOVACS (Académie hongroise des sciences) : Principes de politique des souverains. La réflexion de Diderot sur la raison d’État.

16h30 Grégoire HOLTZ (Université de Toronto) : La Vie d’Apollonius de Tyane du xvie  au xviiie  siècle : fortunes d’un païen sulfureux

17h00 Aliènor BERTRAND (CNRS, IHRIM) : Analyse et travestissements de la première expérience coloniale au siècle des Lumières

Jeudi 13 octobre

Modèles : de la référence à la réécriture

9h Ioana GALLERON (Université de Bretagne-Sud) : Le théâtre humaniste en palimpseste au xviiie siècle

9h30 Emmanuelle SEMPERE (Université de Strasbourg) : L’actualité paradoxale du Roland furieux en 1763 : le badinage au secours de l’épopée dans Ollivier de Jacques Cazotte

10h David MOUCAUD (Université Paris 3) : Tout contre le vers classique, la rencontre des badins

11h Sergueï KARP (Académie des sciences de Russie) : Diderot déguisé en Rabelais

11h30 Morgane MUSCAT (ENS de Lyon et Maison française d’Oxford) : Voltaire et Diderot pantagruélistes

 

Perspectives européennes

14h00 Manuela BRAGAGNOLO (Max Planck Institute, Francfort) : L’Italie savante et les manuscrits du xvie siècle. Droit, politique et religion chez Lodovico Antonio Muratori

14h30 Pierre BRUNEL (Université Lyon 2) : Friedrich Heinrich Jacobi (1743-1819) et le xvie siècle

15h30 Charlotte MOREL (CNRS, IHRIM) : Lessing et les hérétiques du xvie siècle : de l’anti-trinitarisme à la réflexion sur le déisme

16h00 Sara VITACCA (ENS de Lyon) : L’image de la Renaissance dans la littérature artistique entre France et Italie au tournant du xviiie siècle

 

Organisé par Catherine Volpilhac-Auger (Professeur des Universités à l’ÉNS de Lyon) et Myrtille Méricam-Bourdet (Maître de conférences à l’Université Lyon 2), le colloque international « La Fabrique du XVIe siècle au temps des Lumières » réunira chercheurs français, européens et internationaux du 11 au 13 octobre 2016, à l’ENS de Lyon, site Monod, salle 1 place de l’École.

Toutes les informations pratiques sont disponibles ici : programme_fabrique_du_xvie

Toute personne intéressée est la bienvenue.

La Fabrique du XVIᵉ siècle au temps des Lumières : appel à communications

Si les continuités et les ruptures entre les XVIIe et XVIIIe siècles ont depuis longtemps fait l’objet d’un questionnement, on souhaite dans ce colloque interroger en amont ces phénomènes et observer comment le XVIIIe siècle constitue le XVIe en objet de pensée sur lequel il prend appui, tant pour s’en distinguer que pour s’inscrire dans son prolongement, ou bien encore pour y trouver matière à (re)fondation de ses pratiques et de ses concepts.

De la « Renaissance » aux « Lumières », le passage paraît aller de soi, et nombreux sont certainement les phénomènes de résonance et d’identification par lesquels le siècle des Lumières trouve dans celle-ci un précédent, voire un modèle. Le concept de « Renaissance » est néanmoins postérieur au XVIIIe siècle ; c’est pourquoi il nous apparaît nécessaire d’envisager la façon dont le XVIe siècle se trouve compris, aussi bien à travers ses figures majeures – ou considérées comme telles –, ses œuvres, ses genres, ses problématiques politiques et religieuses, son esthétique ou encore ses savoirs, que dans son identité éventuelle de « siècle » et la périodisation qui en découle. Au-delà des études de réception, nécessaires mais non suffisantes, c’est donc plus largement la postérité intellectuelle du siècle, sous toutes ses formes, qui sera envisagée, ainsi que la constitution même de la notion de « renaissance » – ou son absence. Le XVIe siècle, où l’on parle encore le « vieux gaulois », est-il la fin d’un Moyen Âge délibérément construit comme le temps de l’obscurité, ou l’amorce d’une époque de lumière ? Avant Descartes et Malherbe, avant l’avènement du goût et de la méthode, est-on vraiment entré dans l’ère moderne ? Ce XVIe siècle dans lequel le XVIIIe se reconnaît pour mieux s’y opposer, qu’a-t-il à apprendre aux hommes des Lumières ?

Après une journée d’étude (avril 2015) qui a traité de la manière dont sont édités au XVIIIe siècle plusieurs textes importants du XVIe, ce colloque abordera, de manière large, l’histoire des sciences et des savoirs, de ses héros et de ses martyrs, telle que le XVIIIe siècle trouve à la constituer et à s’y reconnaître depuis le XVIe. Mais l’Encyclopédie, pour ne citer qu’elle, hérite de bien d’autres savoirs qui, de l’anatomie au droit, en passant par l’étude de la langue et de la lexicographie, en font l’un des multiples lieux où se « fabrique » le XVIe siècle.

On réfléchira également à la pensée philosophique dont hérite le temps des Lumières, tant dans ce qui fonde le courant sceptique ou certaines hétérodoxies, que dans ce qui permet de penser les rapports du politique et du religieux. Le traumatisme du schisme et des guerres de religion, dont le souvenir est revivifié par la Bulle Unigenitus, permet-il de réfléchir sereinement à la place de la religion dans l’État ? La notion même de libertinage n’hérite-t-elle pas de Montaigne, voire de Rabelais ? Une raison sans méthode peut-elle se faire jour, et servir de guide, ou de prélude ?

Une approche d’ordre esthétique s’impose également : permet-elle en particulier de confirmer l’idée première d’une opposition avec le XVIe siècle – c’est-à-dire avant tout avec « le siècle de Louis XIV » ? L’articulation de la naïveté, du burlesque, du bas (et du sublime) de Rabelais, l’appel à une énergie première qui aurait disparu après le XVIe siècle, ne se résument certainement pas à une simple opposition à la régularité de Malherbe. On examinera également comment les genres se trouvent (re)définis et reconfigurés, voire aboutissent à la création de nouvelles catégories esthétiques : la notion même de « naïveté », si facilement attribuée au XVIe siècle, ne se redéfinit-elle pas à la lumière des illustres exemples d’Amyot et de Montaigne ?

Les propositions (une demi-page) sont à adresser aux organisatrices jusqu’au 15 septembre 2015 au plus tard.

Nouvelle section : Le XVIᵉ siècle des Encyclopédistes

Les recherches menées dans le cadre du séminaire de Mme Volpilhac-Auger en 2015-2016 nous permettent de présenter un ensemble de six nouvelles contributions consacrées à la présence du XVIe siècle dans l’Encyclopédie. Trois d’entre elles concernent la poésie, française (Ronsard et du Bellay) ainsi qu’italienne (Pétrarque). Deux autres billets consacrés à la réception de la peinture de la Renaissance au XVIIIe siècle complètent ce volet artistique en étudiant les critères esthétiques des Encyclopédistes ainsi que la forme biographique employée pour évoquer les figures de peintres de la Renaissance. Une dernière contribution s’attache à la mémoire de la Saint-Barthélemy chez Voltaire et Jaucourt.

Conférence : Philippe Desan, « Les usages philosophiques de Montaigne à travers les siècles »

Philippe DESAN, Howard L. Willett Professor, Université de
Chicago
Thème : « Les usages philosophiques de Montaigne à travers
les siècles. »

Depuis le XVIIe siècle, Montaigne a toujours fait l’objet de récupérations doctrinaires au service de diverses
écoles et courants de pensée. Il a sans cesse été réinventé en fonction des attentes et des enjeux des siècles
traversés. En ce sens, la lecture des Essais a toujours été marquée par une série d’enjeux politiques, moraux,
voire institutionnels. Il est vrai que le livre de Montaigne se prête facilement aux détournements en tous genres.
On trouve toujours son Montaigne, quitte à ignorer les nombreuses contradictions qui jalonnent les écrits de cet
auteur.
Pierre Charron, un des premiers lecteurs de Montaigne, réussit à établir un lien fondamental entre l’écriture
montaignienne et la recherche de la sagesse – d’après un modèle à la fois antique et chrétien. Cette sagesse a
largement contribué au renom de l’écrivain qui résiste aux modes littéraires et philosophiques, créant ainsi un
sentiment de durabilité chez ses lecteurs. Récemment, un effet de « globalisation » a même touché cet auteur et
sa visibilité est soudainement devenue mondiale. Des articles récents dans la presse hebdomadaire française
font même de Montaigne l’inventeur du « blog » et du « selfie ». Bref, Montaigne est devenu le penseur par
excellence de la postmodernité.

Mercredi 14 octobre 2015
à 18h
Université Jean Moulin – Lyon 3
Salle de la Rotonde – 6ème étage
18 rue Chevreul
69007 LYON

CONFERENCE_DESAN

Séminaire de recherche : Histoire de la philosophie de la Renaissance

Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne (CHSPM)

coordonné par Dominique Couzinet

« Faire de l’histoire de la philosophie de la Renaissance »

Alors même que les études sur la Renaissance sont très vivantes, si l’on considère l’ensemble de leurs manifestations, faire de l’histoire de la philosophie de la Renaissance ne va pas de soi, pour des raisons multiples dont la désaffection actuelle pour l’histoire de la philosophie en général et les décalages entre les cadres institutionnels des différents pays ne sont que les plus visibles. L’enjeu est moins une question de périodisation que la prise en considération d’une conception propre et originale de la philosophie qui, pour ne correspondre ni à celle qui l’a précédée, ni à celle qui l’a suivie, mérite d’être étudiée pour elle-même, dans ses dimensions historiques, hors de toute conception normative de ce que doit être la philosophie. Le séminaire a pour but de rassembler de jeunes chercheurs et des chercheurs confirmés autour d’une réflexion sur la pratique de l’histoire de la philosophie de la Renaissance aujourd’hui, ses conditions, ses objets et les instruments de sa mise en œuvre.

17 octobre 2015 – 15h>17h – Salle Cavaillès

Guido Giglioni (The Warburg Institute) : « Gabriel Naudé, ou le malaise face à la philosophie italienne de la Renaissance »

Répondant : Dominique Couzinet

21 novembre 2015 – 15h>17h – Salle Halbwachs

Dominique Couzinet (Université Paris 1-CHSPM) : « L’image de la philosophie de la Renaissance dans la tradition de l’histoire de la philosophie »

Répondants : Shingo Akimoto (Université Paris 1-CHSPM), Silvio Nunes (Université de São Paulo)

5 décembre 2015 – 10h>12h Salle Halbwachs

Tristan Dagron (CNRS-UMR 5037) : « Pensée et tradition : aspects de la mémoire humaniste »

Répondant : Giulio Gisondi (Università del Salento)

12 décembre 2015 – 10h>18h Salle Halbwachs

Journée d’études : « Usages de l’histoire en politique au XVIe siècle (France, Italie) »

16 janvier 2016 – 15h>17h – Salle Cavaillès

Yves Hersant (EHESS) : « La pensée de l’image à la Renaissance »

Répondant : Deborah Miglietta (CNRS-LEM)

13 février 2016 – 15h>17h – Salle Cavaillès

Maude Vanhaelen (University of Warwick) : « L’histoire de la philosophie de la Renaissance dans le monde anglo-saxon »

Répondant : Stéphane Toussaint (CNRS-LEM)

19 mars 2016 – 15h>17h – Salle Halbwachs

 Dominique Couzinet (Paris 1-CHSPM) : Conclusions

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
UFR de philosophie, 17, rue de la Sorbonne
Paris 5è, escalier C, 1er étage, droite

La « Renaissance » des Lumières

Ce carnet a pour but de présenter les travaux menés dans le cadre d’un séminaire de Littérature française de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, sur le XVIe siècle vu par le XVIIIe. Cette question a déjà fait l’objet de recherches ponctuelles (étude de l’influence d’un auteur du XVIe sur un auteur du XVIIIe, par exemple celle de Montaigne sur Rousseau) et souvent dispersées entre chercheurs seiziémistes et dix-huitiémistes. Le carnet souhaite donc avant tout dresser un bilan et donner une vue d’ensemble de ces travaux. Cette perspective globale permet de reconsidérer la notion même de « Renaissance » qui n’est pas encore constituée au XVIIIe siècle. Nous tenterons de préciser l’image ambivalente que le XVIIIe siècle se fait du XVIe, vu à la fois comme un âge grossier où le goût n’a pas encore atteint la perfection qu’il connaît au Grand siècle, mais aussi comme une époque où s’amorcent les inventions techniques et les débats scientifiques et religieux qui agiteront également les Lumières. Nous construirons tout d’abord une section assez développée sur un thème restreint qui a déjà fait l’objet de nombreuses recherches : la réception de Rabelais au XVIIIe siècle. Puis nous élargirons notre propos afin de couvrir l’ensemble du XVIe siècle (parmi les thèmes envisagés : La réception de Montaigne au XVIIIe siècle ; Editer le XVIe siècle au XVIIIe).