Archives de l’auteur : Lisa Letourneau

À propos Lisa Letourneau

Lisa Letourneau est élève normalienne à l’ENS de Lyon et agrégée de Lettres Modernes. Elle travaille dans son mémoire de Master 2 de Littérature française sur l’anecdote dans « Les Relations jésuites de la Nouvelle-France », rédigées par Paul Le Jeune entre 1632 et 1634, sous la direction de Michèle Rosellini. Elle s’est chargée d’écrire l’article sur Du Bellay dans l’Encyclopédie et de relire l’ensemble des contributions sur la présence du XVIe siècle dans l’Encyclopédie.

Présence de Du Bellay dans l’Encyclopédie

Le XVIe siècle est présenté aujourd’hui comme un siècle important dans l’histoire de la langue française, parce qu’il est un moment d’« expansion de la langue vulgaire1 ». Il est courant d’associer ce moment d’effervescence linguistique avec sa théorisation par certains auteurs, notamment par Du Bellay dans Défense et illustration de la langue française2. Cette association admise l’était-elle déjà au XVIIIe siècle ? Pour apporter un élément de réponse à cette question, nous avons mené une recherche sur la présence de du Bellay dans l’Encyclopédie, afin d’évaluer la représentation qu’en avaient les rédacteurs et l’importance qu’ils accordaient au poète dans l’histoire littéraire et linguistique.

1) Une faible présence dans l’Encyclopédie

Le nom de Du Bellay figure dans sept articles : respectivement « Echo », « Fiançailles », « Quintil », « Vaucouleurs », « Vin », « Yvetot », rédigés par Jaucourt, et « Glaciere naturelle » par d’Holbach. S’y ajoutent trois mentions avec l’orthographe « du bellai » : les articles « Chatelet de Paris », rédigé par Boucher d’Argis, « Pleyade », rédigé par un auteur anonyme, et « Vand Oeuvre », rédigé par Jaucourt. Parmi ces résultats, déjà peu nombreux, seuls « Echo », « Quintil », « Pleyade » et « Vand Oeuvre » concernent le poète. Les autres articles évoquent Jean du Bellay3 dans « Chatelet de Paris », Martin du Bellay4 dans « Vaucouleurs », Eustache du Bellay5 dans « Fiançailles », Martin du Bellay6 dans « Glaciere naturelle » et « Vin », et « la maison du Bellay » dans « Yvetot ».

2) Un nom connu

Lorsqu’on examine les quatre articles concernant Joachim Du Bellay, on constate que le poète est relativement peu connu. Il sert dans l’article « Quintil » à situer dans le temps un autre poète :

QUINTIL, s. m. (Poésie françoise.) on nomme ainsi une stance composée de cinq vers. Dans le quintil, il doit y avoir nécessairement trois vers d’une même rime entrecoupées par la seconde rime. Le quintil françois a été inventé par Fontaine, contemporain de Du Bellay, qui vivoit sous Henri II7.

Cette occurrence nous apprend que Du Bellay a été le contemporain de l’inventeur du quintil et nous montre aussi que Du Bellay faisait partie des noms connus. Cependant, le règne d’Henri II, mentionné dans la proposition subordonnée relative, est la référence la plus certaine, qui permet de situer les deux poètes.

3) Un poète de la Pléiade

Du Bellay est cité parmi les poètes de la Pléiade dans l’article « Pleyade, (Poetique) », écrit par un auteur anonyme :

A l’imitation des Grecs, Ronsard forma une pléyade de poëtes francois sous le regne de Henri II. Ceux qui la composoient étoient le même Ronsard, Daurat, du Bellai, Remi Belleau, Baïf, Pontus de Thiard, & Jodelle, tous grands hommes pour ce tems-là ; mais si sottement infatués du grec, qu’on en trouve presque autant que de francois dans leurs ouvrages.8

L’image de Du Bellay est un peu plus développée, mais encore assez vague puisque le paragraphe présente les sept poètes cités de la même manière : il s’agissait d’hommes influents pour leurs contemporains, qui utilisaient des mots grecs dans leurs écrits en français. Le commentaire sur l’usage du grec est très péjoratif : l’adverbe « sottement » dénote la stupidité et renforce le participe passé « infatués », qui marque l’admiration excessive et ridicule. Les emprunts à la langue grecque pour enrichir le français sont vivement condamnés. Il s’agit dans l’Encyclopédie d’une condamnation souvent associée à Ronsard9. On peut alors se demander si cette phrase témoigne d’une connaissance des sept poètes cités ou d’une condamnation de la Pléiade sur la seule connaissance de Ronsard. Il n’est donc pas sûr que cet article fournisse d’autres informations sur Du Bellay que son appartenance au groupe des poètes de La Pléiade. Cependant, on peut affirmer que l’auteur anonyme rassemble et condamne ces sept poètes au nom d’une même pratique de la langue.

4) Quelques vers de Du Bellay

Deux articles seulement citent certains vers de Du Bellay : ces vers-là étaient connus par les rédacteurs de l’Encyclopédie et ont pu circuler au XVIIIe siècle à partir de leur publication dans l’Encyclopédie. Il s’agit de deux articles du Chevalier de Jaucourt.

Il [Nicolas Bourbon, poëte latin qui vivoit sous le regne de François I.] a laissé huit livres d’épigrammes, sous le titre de nugoe, bagatelles, au sujet duquel du Bellai fit ces deux jolis vers :

Paule, tuum inscribis, Nugarum nomine librum, In toto libro nil melius titulo10.

C’est un bon mot, mais qui ne doit point détruire le mérite de l’ouvrage même, dont Erasme faisoit grand cas.11

Du Bellay est cité dans un article consacré à un autre poète, qui écrivait en latin. Il est présenté de manière positive : il a écrit une épigramme pour faire la critique d’un livre d’épigrammes avec une ironie plaisante, appréciée par Jaucourt, qui encadre la citation par deux expressions mélioratives : « ces deux jolis vers » et « c’est un bon mot », orientant la réception du lecteur. Du Bellay apparaît comme un homme d’esprit, dont les deux vers latins méritent davantage d’être cités et retenus que n’importe quelle épigramme de l’ouvrage dont il est question dans l’article.

Un dernier article, « Echo », présente quelques vers français de Du Bellay, cités comme exemple de réalisation de l’écho en poésie :

M. l’abbé Banier cite comme une piece d’une naïveté charmante, le dialogue composé par Joachim du Bellay, entre un amant qui interroge l’écho, & les réponses de cette nymphe : voici les meilleurs traits de ce dialogue ; je ne transcrirai point ceux qui sont au-dessous.

Qui est l’auteur de ces maux avenus ?

Venus.

Qu’étois-je avant d’entrer en ce passage ?

Sage.

Qu’est-ce qu’aimer, & se plaindre souvent ?

Vent.

Dis-moi quelle-est celle pour qui j’endure ?

Dure.

Sent-elle bien la douleur qui me point ?

Point.12

Son nom est connu, associé à une épigramme et quelques vers exemplaires sur l’écho, mais on remarque ici que la citation ne vient pas directement d’un ouvrage de Du Bellay que possèderait le chevalier de Jaucourt : ce dernier cite l’abbé Banier citant du Bellay. Cette citation indirecte peut indiquer que Jaucourt ne possédait pas lui-même de livres écrits par Du Bellay, qu’il le connaissait uniquement par des livres intermédiaires, ce qui tend à souligner la méconnaissance du poète : le reste de sa production semble ne pas être connue, ou ne pas être jugée digne d’être mentionnée dans l’Encyclopédie.

Par ailleurs, l’article « Echo » présente une condamnation de ces jeux poétiques :

Lors de la naissance de notre poésie, on ne manqua pas de saisir ces sortes de puérilités, & on les regarda comme des efforts de génie. L’on trouve même plusieurs échos dans le poëme moderne de la sainte-Baume du carme provençal : ce qui m’étonne, c’est que de pareilles inepties ayent plû à des gens de lettres d’un ordre au-dessus du commun.

[…]

Mais si ces sortes de jeux de mots faisoient sous les regnes de François I. & d’Henri II. les délices de la cour, & le mérite des ouvrages d’esprit des successeurs de Ronsard, ils ne peuvent se soûtenir contre le bon goût d’un siecle éclairé.13

Le terme « inepties » témoigne du mépris du Chevalier de Jaucourt à l’égard de ces pratiques ludiques, qui lui paraissent ne plus être appréciées par le XVIIIe siècle, « siècle éclairé ».

Ainsi, Du Bellay est peu présent dans l’Encyclopédie. Même quand il est cité, nous pouvons constater qu’il est peu connu et peu, voire pas du tout, lu pour lui-même. Défense et illustration de la langue française n’est pas cité et son travail dans ce domaine semble inconnu des rédacteurs de l’Encyclopédie.

1Chaurand Jacques, « Moyen français et français du XVIe siècle »,  Histoire de la langue française, Paris, Presses Universitaires de France , «Que sais-je ?», 2006, 128 pages.

2Des extraits de la Défense et illustration de la langue française de Du Bellay ont été publiés dans l’anthologie Les grands manifestes littéraires, édition réalisée par Pascale Fautrier, Gallimard, Folioplus classiques, 2009. Dans le dossier de cette édition, le XVIe siècle est présenté dans l’histoire de la littérature française comme un moment de « naissance » de la langue française. La collection Folioplus chez Gallimard est explicitement « recommandé[e] pour les classes de lycée » sur la quatrième de couverture.

3Jean Du Bellay, 1492 ou 1498-1560.

4Martin Du Bellay, 1495-1559. Les Mémoires de Mess. Martin Du Bellay Seigneur de Langey contenans le discours de plusieurs choses advenues au royaume de France depuis l’an 1513 jusques au trespas du roy François Ier sont cités comme source.

5Eustache Du Bellay, date de naissance inconnue-1563.

6Martin Du Bellay, 1703-1775.

7Encyclopédie, « Quintil, (Poesie francoise.) », Jaucourt, 13:722.

8Encyclopédie, « Pleyade, (Poetique.) », 12:766.

9Voir la contribution de Pablo Diaz, Ronsard vu par l’Encyclopédie.

10« Paul, tu écris ton livre sous le nom de bagatelles, Dans tout le livre, rien n’est meilleur que le titre. » (Il s’agit d’une traduction personnelle.)

11Encyclopédie, « Vand Oeuvre, (Géogr. mod.) », Jaucourt, 16:829-830.

12Encyclopédie, « Echo (Poesie.) », Jaucourt, 5:265.

13Encyclopédie, « Echo (Poesie.) », Jaucourt, 5:265.