La Fabrique du XVIᵉ siècle au temps des Lumières : appel à communications

Si les continuités et les ruptures entre les XVIIe et XVIIIe siècles ont depuis longtemps fait l’objet d’un questionnement, on souhaite dans ce colloque interroger en amont ces phénomènes et observer comment le XVIIIe siècle constitue le XVIe en objet de pensée sur lequel il prend appui, tant pour s’en distinguer que pour s’inscrire dans son prolongement, ou bien encore pour y trouver matière à (re)fondation de ses pratiques et de ses concepts.

De la « Renaissance » aux « Lumières », le passage paraît aller de soi, et nombreux sont certainement les phénomènes de résonance et d’identification par lesquels le siècle des Lumières trouve dans celle-ci un précédent, voire un modèle. Le concept de « Renaissance » est néanmoins postérieur au XVIIIe siècle ; c’est pourquoi il nous apparaît nécessaire d’envisager la façon dont le XVIe siècle se trouve compris, aussi bien à travers ses figures majeures – ou considérées comme telles –, ses œuvres, ses genres, ses problématiques politiques et religieuses, son esthétique ou encore ses savoirs, que dans son identité éventuelle de « siècle » et la périodisation qui en découle. Au-delà des études de réception, nécessaires mais non suffisantes, c’est donc plus largement la postérité intellectuelle du siècle, sous toutes ses formes, qui sera envisagée, ainsi que la constitution même de la notion de « renaissance » – ou son absence. Le XVIe siècle, où l’on parle encore le « vieux gaulois », est-il la fin d’un Moyen Âge délibérément construit comme le temps de l’obscurité, ou l’amorce d’une époque de lumière ? Avant Descartes et Malherbe, avant l’avènement du goût et de la méthode, est-on vraiment entré dans l’ère moderne ? Ce XVIe siècle dans lequel le XVIIIe se reconnaît pour mieux s’y opposer, qu’a-t-il à apprendre aux hommes des Lumières ?

Après une journée d’étude (avril 2015) qui a traité de la manière dont sont édités au XVIIIe siècle plusieurs textes importants du XVIe, ce colloque abordera, de manière large, l’histoire des sciences et des savoirs, de ses héros et de ses martyrs, telle que le XVIIIe siècle trouve à la constituer et à s’y reconnaître depuis le XVIe. Mais l’Encyclopédie, pour ne citer qu’elle, hérite de bien d’autres savoirs qui, de l’anatomie au droit, en passant par l’étude de la langue et de la lexicographie, en font l’un des multiples lieux où se « fabrique » le XVIe siècle.

On réfléchira également à la pensée philosophique dont hérite le temps des Lumières, tant dans ce qui fonde le courant sceptique ou certaines hétérodoxies, que dans ce qui permet de penser les rapports du politique et du religieux. Le traumatisme du schisme et des guerres de religion, dont le souvenir est revivifié par la Bulle Unigenitus, permet-il de réfléchir sereinement à la place de la religion dans l’État ? La notion même de libertinage n’hérite-t-elle pas de Montaigne, voire de Rabelais ? Une raison sans méthode peut-elle se faire jour, et servir de guide, ou de prélude ?

Une approche d’ordre esthétique s’impose également : permet-elle en particulier de confirmer l’idée première d’une opposition avec le XVIe siècle – c’est-à-dire avant tout avec « le siècle de Louis XIV » ? L’articulation de la naïveté, du burlesque, du bas (et du sublime) de Rabelais, l’appel à une énergie première qui aurait disparu après le XVIe siècle, ne se résument certainement pas à une simple opposition à la régularité de Malherbe. On examinera également comment les genres se trouvent (re)définis et reconfigurés, voire aboutissent à la création de nouvelles catégories esthétiques : la notion même de « naïveté », si facilement attribuée au XVIe siècle, ne se redéfinit-elle pas à la lumière des illustres exemples d’Amyot et de Montaigne ?

Les propositions (une demi-page) sont à adresser aux organisatrices jusqu’au 15 septembre 2015 au plus tard.


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Colloque, et marquée avec , , , , , , , le par .

À propos Flora Champy

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, diplômée de l'ENS Ulm en Sciences de l'Antiquité et Etudes cinématographiques, Flora Champy est agrégée de Lettres classiques. Titulaire d'un Master de Lettres classiques de l'Université Paris IV (Mention Très Bien), elle a consacré son mémoire de Master 1 à l'étude des présences du politique dans les "Lettres à Lucilius" de Sénèque, sous la direction de Carlos Lévy, et son mémoire de Master 2 à l'examen de la notion de puissance ("potentia") chez Sénèque et Jean-Jacques Rousseau, sous la direction conjointe de Carlos Lévy et Jacques Berchtold. Après avoir occupé pendant un an un poste de Junior Lecturer à la Johns Hopkins University (Baltimore, Etats-Unis), elle effectue actuellement, sous la direction conjointe de Catherine Volpilhac-Auger (ENS de Lyon) et James Swenson (Rutgers University) une thèse de doctorat en Littérature française, consacrée à la place de l'Antiquité dans la pensée du pouvoir de Jean-Jacques Rousseau. Elle s'est chargée de la conception et de l'organisation du site (coordination et relecture de l'ensemble des contributions).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *